Al pas, al pas !

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Rieupeyroux Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette formule ludique servait à faire sauter les enfants sur les genoux.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

YVON ET YVETTTE NATTES

né en 1928 à La Penchenarie de Rieupeyroux ; née Bors en 1939 à Pradinas.

Transcription

Occitan
Français
« Lo meu fraire, l'ainat, quand… Parce que èri un bocin gastat… Podiá pas susportar que plorèssi e me preniá suls ginolhs e se metiá a far :

“Al pas, al pas, al pas,
Al tròt, al tròt, al tròt,
Als quatre pès, als quatre pès, als quatre pès !”

E me fasiá sautar suls ginolhs. Trobavi aquò amusent e ploravi pas pus.
– Te metiás a rire.
– Me'n soveni coma s'aquò èra…
Anàvem manjar los rasims de la vesina e, quand aviam finit lo de la vesina, anavi chas ieu. Èri montat sus un trelhat, lo trelhat petèt e tombèri sus un bornhon. Vos disi pas que li demorèri pas un briu ! Sabètz que las abelhas se revelhèron ! »
Au pas, au pas !
« Mon frère, l’aîné, quand... Parce que j’étais un peu gâté... Il ne pouvait pas supporter que je pleure et il me prenait sur les genoux et il se mettait à faire :

“Au pas, au pas, au pas,
Au trot, au trot, au trot,
Au galop, au galop, au galop !”

Et il me faisait sauter sur les genoux. Je trouvais ça amusant et je ne pleurais plus.
– Tu te mettais à rire.
– Je m’en souviens comme si c’était...
Nous allions manger les raisins de la voisine et, quand nous avions fini ceux de la voisine, j’allais chez moi. J’étais monté sur une treille, la treille cassa et je tombai sur une ruche. Je ne vous dis pas que je n’y restai pas longtemps ! Vous savez que les abeilles se réveillèrent ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...