La caissa

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Pradinas, Rieupeyroux Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les anciens se souvenaient des peurs (paurs) dont parlaient leurs grands-parents et, dans une société très christianisée, le Diable tenait une place importante.

Les trèvas sont des revenants qui se manifestaient de diverses manières afin de contraindre des héritiers à faire dire des messes pour le repos de l'âme d'un défunt. Cette croyance était très répandue jusqu'au début du XXe siècle. Des plaisantins pouvaient en jouer.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Rolande GARRIC

née Ferreyrolles en 1932 à Pradinas.

Transcription

Occitan
Français
« Los parents anèron abitar aquí al pè de Riupeirós, aquí a Robís aquò s'apelava. Aquò èra l'ostal de la miá mamà aquí. Nos parlavan talament d'aquò que atanben, quand anàvem gardar las vacas… Ieu cresi que los parents èran bèstias, un còp èra, los anciens, per çò que nos disián que i aviá una caissa a una crotz, una crotz qu'èra bèla, qu'èra facha en boès, tota negra. E passàvem, anàvem gardar las vacas, passàvem davant aquela crotz… E que la nuèch li caliá pas passar aquí ! Que la nuèch li aviá una granda caissa ambe de candelas tot lo torn qu'èran alucadas. Nos parlavan talament d'aquò que… Benlèu, sai pas, benlèu aquò èra dins nòstre cap e cresiam a tot aquò. O sai pas, o sai pas mès enfin ieu me sembla que z'o ai entendut, aquò. Et voilà. »
Le cercueil
« Mes parents allèrent habiter à côté de Rieupeyroux, là à Roubis ça s’appelait. C’était la maison de ma maman là. Ils nous parlaient tellement de ça que aussi, quand nous allions garder les vaches... Je crois que les parents étaient bêtes, autrefois, les anciens, parce qu’ils nous disaient qu’il y avait un cercueil à une croix, une croix qui était grande, qui était faite en bois, toute noire. Et nous passions, nous allions garder les vaches, nous passions devant cette croix... Et que la nuit il ne fallait pas passer là ! Que la nuit il y avait un grand cercueil avec des chandelles tout le tour qui étaient allumées. Ils nous parlaient tellement de ça que... Peut-être, je ne sais pas, peut-être que c’était dans notre tête et nous croyions à tout ça. Je ne sais pas, je ne sais pas mais enfin moi il me semble que je l’ai entendu, ça. Et voilà. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...