Lo cabretaire e lo lop

Collecté en 1998 par IOA Sur les Communes de Prades-d'Aubrac, St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les histoires relatives à des musicaires suivis par des loups qui s’enfuient au son fortuit de l’instrument sont des récits d’expérience très anciens et très répandus. Il s’agit de récits dont les acteurs et les lieux sont identifiés. En pays montanhòl, l'instrument est souvent une cabreta.

Claude Peyrot (1709-1795), auteur occitan du Millavois, en donne une version en vers, "Lo lop e lo graile", dans Poésies rouergates.

C’est sur le canton de Saint-Chély que ces histoires sont les plus nombreuses et les plus précises, peut-être en raison de la version popularisée par Arthémon Durand-Picoral (1862-1937) d’Artigues de Bonefon.

Ethnotexte

LÉONCE NIEL

né en 1925 à Aulos de Saint-Chély d'Aubrac.

Transcription

Occitan
Français
« Lo musicaire s’apelava Privat e, per son nom-escaïs, l’apelavan Joanus. Èra anat jo(g)ar una nòça a Bòrn. En tornent, agèt un englaç.
Pareis que quand lo lop seguiá, l’òm aviá la borra que se quilhava sul cap.
Totjorn se raprochava e, d’abans de montar aquí vas Bonafònt, li donèt un bocin de fo(g)assa. Mès que la fo(g)assa s’acabèt. Alèra prenguèt la cabra e se metèt a jo(g)ar… Los lops, los a pas pus tornats veire. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...