Lo mèra e lo curat de Paumàs

Collecté en 1999 Sur la Commune de Palmas Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les cuols blancs étaient les conservateurs et les cuols roges les progressistes.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

EMILE GOUZY

né en 1929 à Palmas.

Transcription

Occitan
Français
« E ben aquò se passava a Paumàs al debut del siècle, empr'aquí en 1900-1905.
I aviá un mèra que s'apelava lo pèra Bonas, que èra demorat mèra quaranta ans de Paumàs, e un curat que s'apelava lo curat Lamic. Entre lo curat e lo mèra, aquò marchava pas tròp parce que, a-n-aquel moment, aquò èra la separacion de la Glèisa e de l'Estat e lo curat èra blanc, los apelavan los blancs, e los républicains, lo mèra, aquò èra un roge, aquò èra un républicain. Alara aquò tiralhavan un pauc. Mès lo curat quand mèmes… Lo mèra, vòle dire, èra pratiquent, anava a la messa. La mancava qualques còps m'enfin li anava pas mal.
Aquò se passava, aquò, al mes de julhet, al moment del fen. Aquò èra un dimenge. Lo pèra Bonas, lo sabte, èra anat fenairar a L'Auseral, aviá daissat un pauc de fen al prat e pensava l'anar quèrre lo luns. Mès, lo dimenge matin, vegèt una nívol, un bocin de tròn. Di(gu)èt :
“A ! Vau molhar mon fen, lo vau anar quèrre d'abans la messa. Serai arribat per la messa.”
I anèt e i metèt un moment de mai que s'i comptava. E posquèt pas anar a la messa.
Mès que passèt davant lo bistrò e, al bistrò, n'i aviá que l'esperavan per li pagar un còp a biure, per que lo curat, quand sortiriá de la messa, lo trobèsse ambe los buòus davant lo bistrò.
Aquò ratèt pas. Reüssi(gu)èron lor còp. Tot en un còp, sorti(gu)èron de la messa, lo pèra Bonas èra totjorn al bistrò. Lo curat passèt. Dintrèt pas dins lo bistrò, que al l'epòca los curats i anavan pas, mès venguèt sus la pòrta e di(gu)èt al pèra Bonas :
“Pèra Bonas, aquò's atal que donatz l'exemple ? Un mèra… Mancar la messa e trabalhar lo dimenge ! E vos arrenjatz, aquí, per vos trobar juste quand tot lo monde sòrt !”
Lo pèra Bonas, pardí, èra un pauc colhonat…
Lo curat di(gu)èt al pèra Bonas :
“I a un comandament que ditz, pèra Bonas : Le dimanche tu sanctifieras en servant Dieu dévotement. Lo sabiatz, aquel d'aquí, pèra Bonas ?
– A…, lo pèra Bonas li respond, i a setanta ans que soi pas anat al catechirme, Mossur lo curat, mès me sembla ben quand mème, ara que ne parlatz, me sembla ben que n'i aviá un que disiá aquò.
– A ! E ben perque lo sabiatz, pèra Bonas, fariatz bien de lo metre en practica, lo dimenge de venir a la messa e de pas donar lo missant exemple !”
Lo pèra Bonas sabiá pas tròp qué dire…
Lo curat se'n anava e, tot en un còp, lo pèra Bonas lo rapèla e li ditz :
“Mès, Mossur lo curat, i a pas un altre comandament que ditz : Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ?”
E lo curat que ditz al pèra Bonas :
“Mès aquò's pas un comandament, aquò, pèra Bonas, aquò's la paraula de l'Evangile.
– A !, lo pèra Bonas i fa, aquò's la paraula de l'Evangile ? E la sabiatz, Mossur lo curat, vos ?
– Mès bien se(g)ur ! I a pas de curat que sache pas la paraula de l'Evangile ! Seriái pas curat !”
E lo pèra Bonas li fa :
“Mès, Mossur lo curat, perque la sabiatz, fariatz bien de la metre en practica parce que dempièi vint ans que vos coneisse, vos ai pas jamai vist susar !” »
Le maire et le curé de Palmas
« Eh bien ça se passait à Palmas au début du siècle, vers 1900-1905.
Il y avait un maire qui s'appelait le père Bonnes, qui était resté maire de Palmas quarante ans, et un curé qui s'appelait le curé Lamic. Entre le curé et le maire, cela ne marchait pas trop parce que, à ce moment-là, c'était la séparation de l'Église et de l'État et le curé était blanc, ils les appelaient les blancs, et les républicains, le maire, c'était un rouge, c'était un républicain.
Alors ça tiraillait un peu. Mais le curé quand même… Le maire, je veux dire, était pratiquant, il allait à la messe. Il la ratait parfois mais enfin il y allait pas mal.
Cela se passait au mois de juillet, au moment du foin. C'était un dimanche. Le samedi, le père Bonnes était allé faner à l'Auzéral, il avait laissé un peu de foin dans le pré et il pensait aller le chercher le lundi. Mais, le dimanche matin, il vit un nuage, un peu de tonnerre. Il dit :
“Ah ! Je vais mouiller mon foin, je vais aller le chercher avant la messe. Je serai de retour pour la messe.”
Il y alla et mit plus de temps qu'il n'y comptait. Et il ne put pas aller à la messe.
Mais il passa devant le bistrot et, au bistrot, il y en avait qui l'attendaient pour lui payer un coup à boire, afin que le curé, quand il sortirait de la messe, le trouve avec ses bœufs devant le bistrot.
Et ça ne rata pas. Ils réussirent leur coup. Tout à coup, ils sortirent de la messe, le père Bonnes était toujours au bistrot. Le curé passa. Il ne rentra pas dans le bistrot, car à l'époque les curés n'y allaient pas, mais il vint sur la porte et dit au père Bonnes :
“Père Bonnes, c'est ainsi que vous donnez l'exemple ? Un maire… Rater la messe et travailler le dimanche ! Et vous vous arrangez pour vous trouver là juste quand tout le monde sort !”
Le père Bonnes, évidemment, était un peu gêné…
Le curé dit au père Bonnes :
“Il y a un commandement qui dit, père Bonnes : Le dimanche tu sanctifieras en servant Dieu dévotement. Vous le connaissiez, celui-là, père Bonnes ?
– Ah…, le père Bonnes lui répond, il y a soixante-dix ans que je ne suis pas allé au catéchisme, Monsieur le curé, mais il me semble bien quand même, maintenant que vous en parlez, il me semble bien qu'il y en avait un qui disait cela.
– Ah ! Eh bien puisque vous le saviez, père Bonnes, vous feriez bien de le mettre en pratique, de venir à la messe le dimanche et de ne pas donner le mauvais exemple !”
Le père Bonnes ne savait pas trop quoi dire…
Le curé s'en allait et, tout à coup, le père Bonnes le rappelle et lui dit :
“Mais, Monsieur le curé, il n'y a pas un autre commandement qui dit : Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ?”
Et le curé qui dit au père Bonnes :
“Mais ce n'est pas un commandement, ça, père Bonnes, c'est la parole de l'Évangile.
– Ah !, lui fait le père Bonnes, c'est la parole de l'Évangile ? Et vous la connaissiez, Monsieur le curé, vous ?
– Mais bien sûr ! Il n'y a pas de curé qui ne connaisse pas la parole de l'Évangile ! Je ne serais pas curé !”
Et le père Bonnes lui fait :
“Mais, Monsieur le curé, puisque vous la connaissiez, vous feriez bien de la mettre en pratique parce que depuis vingt ans que je vous connais, je ne vous ai jamais vu transpirer !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...