L'aubèrja

Collecté en 2000 Sur la Commune de Onet-le-Château Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

André CAYSSIOLS

né en 1923 à Onet le Château.

Transcription

Occitan
Français
« Veja, aquel ostal, lo miu pèra lo crompèt en 22, 18 000 francs e aviá pas que 10 000 francs. Totjorn o me disiá. Anèt veire los sius fraires e li prestèron l'argent que mancava. E ben voilà.
Pièi la miá mèra fasiá cafè. Di(g)a, de monde a manjar, sabes ben, un còp quatre-oras, un còp… Portavan una lèbre, los vailets apr'aquí, sabes ben, un lapin… O fasiá còire e fasián un pauc la java, pardí, di(g)a.
E ieu sabe qu'ère gòsse e aimave bien aquò d'agachar far e d'agachar dançar, que sabes que lo miu pèra cantava !
Dançavan al granièr per çò que, a la sala, aquí, i fotián plen de taulas. Al granièr… A la sala, manjavan, aquí. Tot aquò fasiá quatre-oras per las fèstas. Los vailets, sabes qu'èran pas tanplan pinçats qu'aquò ! Sabes que ! »
L'auberge
« Regarde, cette maison, mon père l'acheta en 22, 18 000 francs et il n'avait que 10 000 francs. Il me le disait toujours. Il alla voir ses frères et ils lui prêtèrent l'argent qui manquait. Eh bien voilà.
Puis ma mère tenait le café. Dis, du monde à manger, tu sais bien, une fois pour le goûter, une fois…
Ils apportaient un lièvre, les domestiques par-là, tu sais bien, un lapin… Elle le faisait cuire et ils faisaient un peu la java, évidemment, dis.
Et moi je sais que j'étais gosse et j'aimais bien regarder faire et regarder danser, car tu sais que mon père chantait !
Ils dansaient au grenier parce que, à la salle, ici, ils y mettaient plein de tables. Au grenier… À la salle, ils y mangeaient, ici. Tout cela goûtait pour les fêtes. Les domestiques, tu sais qu'ils n'étaient pas si pincés que ça ! Tu sais que ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...