Lo mestièr de pastre

Collecté en 2000 Sur les Communes de Olemps, Onet-le-Château Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

André a exercé le métier de berger pendant trente ans. Il souligne l'importance du chien de berger (can de pastre).

Ce témoignage est illustré par un film tourné à Cassagnettes d'Olemps, par Maurice Bertrand.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANDRÉ CAYSSIOLS

né en 1923 à Onet le Château.

Transcription

Occitan
Français
« Ai fach trenta ans pastre e aquò èra un bon mestièr. Aime la vida al grand èrt, ieu. E pièi, quand òm a un bon can, l'òm se carra. Pas qu'ambe lo signe, aquò marcha.
Aquò's un trabalh que m'aviá totjorn agradat, aquel bestial. Encara n'ai avudas a la retreta. Ai vendudas las darrièiras, aquò's finit, ne vòle pas pussas. E aquò's de bestial que raportava.
Ieu me lo(g)ave, aviái afermat quauques campetons, aquí, aviái una quinzena de fedas, la femna se'n ocupava e aquò li fasiá son bonús. Caliá atapar sus tot. Ara es impossible de far res, cal de medalhas per tot.
Que aquò fa bravament, un can, per gardar ! Sabètz que, quand se conflavan, que las caliá acantonar, aquí, e ben fasiá deçà-delà per arrestar !
Aquò èra una canha crosada can-lop que aquò èra una espèci d'ivronha que l'aviá e coma la miá mèra fasiá bistrò, li deviá d'argent e aviá pas d'argent per pagar.
“E ben, li di(gu)èt, laissaràs lo can.”
E sabètz qu'aquel can fasiá ! Ieu lo prenguère. Macarèl !
Sabètz qu'aquò's bravament, un can, per gardar. E quand las bèstias o sabon, al còp d'estufle, lo can èra pas arribat mès se viravan.
Quand siás pastre, l'ivèrn, aquò's la sason que las fedas anhelan, que molzes, las passejadas… Mès enfin, trobàvem un moment, lo ser, per anar far un torn. Anàvem al bistrò e ma foi, nos trobàvem entre copins. Ère pas lo sol a me lo(g)ar. A l'epòca i aviá de vailets pertot. Ara aquò's finit, an pas degús. An tres o quatre tracturs, d'un davalan, mòntan sus l'autre e an pas degús. E ben aquò vos copa lo moral, quand l'òm vei aquò.
Nos reünissiam per Nadal. Manjàvem lo piòt. Anàvem manjar lo piòt. Èrem una vintena e passàvem una bona nuèch ! Tandis que ara tot a disparetut… »
Le métier de berger
« J'ai fait berger pendant 30 ans et c'était un beau métier. J'aime la vie au grand air, moi. Et puis, quand on a un bon chien, on se plaît. Rien qu'au signal, ça marche.
C'est un travail qui m'avait toujours plu, ce bétail. J'en ai encore eu à la retraite. J'ai vendu les dernières, c'est fini, je n'en veux plus. Et c'est du bétail qui rapportait.
Moi je me louais, j'avais affermé quelques petits champs, là, j'avais une quinzaine de brebis, ma femme s'en occupait et ça lui faisait son bonus. Il fallait prendre sur tout. Aujourd'hui il est impossible de faire quoi que ce soit, il faut des médailles pour tout.
C'est très important, un chien, pour garder ! Vous savez que, quand elles se météorisaient, qu'il fallait les regrouper, là, eh bien il faisait de-ci, de-là pour les arrêter !
C'était une chienne croisée chien-loup et c'était une espèce d'ivrogne qui l'avait et comme ma mère tenait le bistrot, il lui devait de l'argent et il n'avait pas d'argent pour payer.
“Eh bien, lui dit-elle, tu laisseras le chien.”
Et vous savez que ce chien était bon ! Moi je le pris. Macarèl !
Vous savez que c'est primordial, un chien, pour garder. Et quand les bêtes le savent, au coup de sifflet, le chien n'était pas arrivé mais elles changeaient de direction.
Quand tu es berger, l'hiver, c'est la saison où les brebis agnellent, que tu trais, les promenades… Mais enfin, nous trouvions un moment, le soir, pour aller faire un tour. Nous allions au bistrot et ma foi, nous nous retrouvions entre copains. Je n'étais pas le seul à me louer. À l'époque il y avait des domestiques partout. Aujourd'hui c'est fini, ils n'ont plus personne. Ils ont trois ou quatre tracteurs, ils descendent d'un, ils montent sur l'autre et ils n'ont personne. Eh bien cela vous casse le moral, quand on voit ça.
Nous nous réunissions pour Noël. Nous mangions un dindon. Nous allions manger un dindon. Nous étions une vingtaine et nous passions une bonne nuit ! Tandis qu'aujourd'hui tout a disparu… »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...