Rhin et Danube

Collecté en 2005 par IOA Sur la Commune de Naucelle Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Paul fut combattant au sein de ce que l'on appela la Première armée française, sous les ordres du général de Lattre de Tassigny, en 1944.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Paul COUSTY

né en 1921 à Paris, décédé en 2009.

Transcription

Occitan
Français
« Pièi après alara aquò sia(gu)èt Rhin et Danube. Montèrem en doas vagas. Lo maquís d'Antoèna montèrem, rejonhèrem los d'Africa en Borgònha, es aquí que se fa(gu)èt l'amalgama. Tot a l'ora aviái pas lo mot. L'amalgama, apelèt aquò de Lattre de Tassigny, l'amalgama. Arribèt amb aquò a far una armada.
E d'aquí parti(gu)èrem sus l'Alsaça.
En Alsaça encara tombèrem sus una contra-ataca alemanda, en dintrent en Alsaça. Nos fa(gu)èron mèmes un prisonièr mès aquel d'aquí agèt una chança… Lo mème jorn sia(gu)èt prisonièr, siaguèt évadé en Suisse et libéré de Suisse, libéré… enfin s'escapèt… Per çò que sabes que la Suissa èra nutra e aviá promés als Alemands que totes los soldats franceses o alemands que dintrarián en Suissa serián conservats juscas a l'armistici. Los devián pas daissar partir. E aquel d'aquí, figura-te, l'atrapèron demèst los autres mès enfin atrapèron aquel per dire que èrem pas luènh d'èsser atrapats, e lo prenguèron. Alara s'installèron… Dins la jornada s'installèron sus la frontièira franco-suissa per evacuar de blessats. Lo tipe, lo fasián participar aquí a far passar los brancards e un Suissa i fa(gu)èt signe. Vegèt qu'aquò èra un prisonièr francés e i fa(gu)èt signe coma aquò. Aviá pas qu'a sautar, i pensava pas… Fasiá passar lo truc a la frontièira e passèt darrèr un. Mas que los Alemands, de suita, lo metèron…
Un oficièr suissa :
“Hep ! Nous sommes neutres ! Baissez votre arme, nous sommes neutres.”
Alara lo prenguèron, lo despolhèron, lo netegèron tot aquò e li di(gu)èron :
“Maintenant vous êtes ici en Suisse jusqu'à la Libération. Il vous faudra attendre que la guerre s'achève.”
E pièi li di(gu)èron :
“Ah tiens voyez, là-bas, vous regardez tout à fait en bas là-bas, entre cet arbre là-bas et cette maison, c'est la gare. Voilà, allez ! Bon eh bien ne vous échappez pas !”
Una ora après èra a la gara e, lo lendeman, l'aviam qu'èra tornat !
Veja s'aquò es pas rigolòt aquò ! Lo mème jorn èsser prisonièr dels Alemands, evadat, nutralizat e evadat atanben de Suissa ! C'est rigolo des fois, la guerre ! Et voilà.
Demorèrem… Nautres, nòstra unitat… Totas las unitats del nòstre regiment, èra de maquises avaironeses. Nautres èrem la sièisièma companhiá mès la cinquièma e la quatrièma, las autras, èra d'autres maquises : le maquis Jean-Pierre, le maquis Du Guesclin o tot aquò. En Alsaça, èrem ensemble, èrem dins lo mème patelin e i passèrem l'ivèrn, aquí. I passèrem l'ivèrn, i arribèrem al mes de novembre e parti(gu)èrem d'aquí pas que a la fin de mai per corsar los Alemands que las tropas, las autras tropas començavan de los butar en l'amont deval nòrd de l'Alsaça. E nautres que teniam lo sud de l'Alsaça, al ras de la Suissa e ben ajudèrem per aquí pardí.
E alara passèrem en Alemanha. La guèrra s'acabèt lo 8 de mai e èrem en Alemanha. »
Rhin et Danube
« Puis ensuite alors ce fut Rhin et Danube. Nous montâmes en deux vagues. Le maquis d’Antoine, nous montâmes, nous rejoignîmes ceux d’Afrique en Bourgogne, c’est là que se fit l’amalgame. Tout à l’heure je n’avais pas le mot. L’amalgame, il appela ça de Lattre de Tassigny, l’amalgame. Il arriva avec ça à faire une armée.
Et de là nous partîmes pour l’Alsace.
En Alsace encore nous tombâmes sur une contre-attaque allemande, en entrant en Alsace. Ils nous firent même un prisonnier mais celui-là eut une chance... Le même jour il fut prisonnier, il fut évadé en Suisse et libéré de Suisse, libéré... enfin il s’échappa... Parce que tu sais que la Suisse était neutre et avait promis aux Allemands que tous les soldats français ou allemands qui entreraient en Suisse seraient conservés jusqu’à l’armistice. Ils ne devaient pas les laisser partir. Et celui-là, figure-toi, ils l’attrapèrent parmi les autres mais enfin ils l’attrapèrent celui-là pour dire que nous n’étions pas loin d’être attrapés, et ils le prirent. Alors ils s’installèrent... Dans la journée ils s’installèrent sur la frontière franco-suisse pour évacuer des blessés. Le type, ils le faisaient participer là à faire passer les brancards et un Suisse lui fit signe. Il vit que c’était un prisonnier français et il lui fit signe comme ça. Il n’avait qu’à sauter, il n’y pensait pas... Il faisait passer le truc à la frontière et il passa derrière un. Mais les Allemands, tout de suite, le mirent...
Un officier suisse :
“Hep ! Nous sommes neutres ! Baissez votre arme, nous sommes neutres.”
Alors ils le prirent, ils le déshabillèrent, ils le nettoyèrent tout ça et ils lui dirent :
“Maintenant vous êtes ici en Suisse jusqu'à la Libération. Il vous faudra attendre que la guerre s'achève.”
Et puis ils lui dirent :
“Ah tiens voyez, là-bas, vous regardez tout à fait en bas là-bas, entre cet arbre là-bas et cette maison, c'est la gare. Voilà, allez ! Bon eh bien ne vous échappez pas !”
Une heure après il était à la gare et, le lendemain, nous l’avions qui était revenu !
Vois si ce n’est pas rigolo ça ! Le même jour être prisonnier des Allemands, évadé, neutralisé et évadé aussi de Suisse ! C'est rigolo des fois, la guerre ! Et voilà.
Nous restâmes... Nous, notre unité... Toutes les unités de notre régiment, c’était des maquis aveyronnais. Nous nous étions la sixième compagnie mais la cinquième et la quatrième, les autres, c’était d’autres maquis : le maquis Jean-Pierre, le maquis Du Guesclin ou tout ça. En Alsace, nous étions ensemble, nous étions dans le même patelin et nous y passâmes l’hiver, là. Nous y passâmes l’hiver, nous y arrivâmes au mois de novembre et nous ne partîmes de là qu’à la fin de mai pour courser les Allemands parce que les troupes, les autres troupes commençaient de les pousser en haut vers le nord de l’Alsace. Et nous qui tenions le sud de l’Alsace, à côté de la Suisse eh bien nous aidâmes par là bien sûr.
Et alors nous passâmes en Allemagne. La guerre s’acheva le 8 mai et nous étions en Allemagne. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...