La guèrra de 14

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Naucelle, Viviez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Charlotte naquit à Paris mais, au moment de la Guerre de 14 au cours de laquelle son père fut gravement blessé à la tête, elle revint en Rouergue avec sa maman, chez sa grand-mère près de Naucelle.

Après la guerre, bien que très handicapé, son père fut embauché à l'usine à Viviez par un directeur d'usine soucieux du sort des “gueules cassées".

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

CHARLOTTE DENOIT

née Vaubert en 1913 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« Mon paire parti(gu)èt a la guèrra, sia(gu)èt bleçat e ma mameta, qu'èra del costat de Naucèla, èra tota sola, mos dos oncles èran partits a la guèrra, e me fa(gu)èt venir amb ela, ambe la mamà e, tot lo temps de la guèrra soi demorada a la campanha.
Mon paire èra emploiat dins un magasin a París, fasiá las livresons pièi, coma es estat gravament bleçat a la guèrra, qu'una bala li a traversat lo cap d'una tempa a l'autra, èra après demorat presque avucle, presque sord e aviá de pena a parlar. E pièi quand… Es demorat mai de dos ans dins los espitals.
A l'usina de Vivièrs i aviá un directur, Monsieur Berlinger, que aviá pietat dels mutilats de guèrra e que los embauchava, e mon paire es vengut coma aquò a l'usina. Es dintrat a la fin de la guèrra, en 19, e i es demorat pièi jusca la retreta. Aquí fasiá lo manubre, fasiá pas que descargar de vagons de blenda, aquò èra son trabalh. »
La Guerre de 14
« Mon père partit à la guerre, il fut blessé et ma mémé, qui était du côté de Naucelle, était toute seule, mes deux oncles étaient partis à la guerre, et elle me fit venir avec elle, avec ma maman et, tout le temps de la guerre je suis restée à la campagne.
Mon père était employé dans un magasin à Paris, il faisait les livraisons puis, comme il a été gravement blessé à la guerre, qu’une balle lui a traversé la tête d’une tempe à l’autre, il était resté après presque aveugle, presque sourd et il avait de la peine à parler. Et puis quand... Il est resté plus de deux ans dans les hôpitaux.
À l’usine de Viviez il y avait un directeur, Monsieur Berlinger, qui avait pitié des mutilés de guerre et qui les embauchait, et mon père est venu comme ça à l’usine. Il est entré à la fin de la guerre, en 19, et il y est resté ensuite jusqu’à la retraire. Là il faisait manœuvre, il ne faisait que décharger des wagons de blende, c’était son travail. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...