L'òrt e las fuèlhas de liri

Collecté en 1992 par IOA Sur la Commune de Naucelle Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La maîtresse de maison, la patrona, régnait sur le potager (òrt) et la basse-cour qui permettaient de couvrir une bonne partie des besoins alimentaires. Les excédents vendus au marché lui procuraient un peu d’argent pour les besoins de la famille. 

On utilisait les fleurs ou les feuilles de lis blanc (liri), que l'on conservait dans de l'huile (òli) ou de l'eau de vie (aigardent), pour soigner les coups (pics) ou les plaies (plagas, talhadas, brutladuras…).

Ethnotexte

LUCIENNE FRIANT

née Frayssinet (de Charlon del Capelièr) en 1910 à Naucelle.

Transcription

Occitan
Français
« Se fasiá de patanons aborius, qualquas favas mès apièi ne'n fasiam una rengada pel camp, de carlòtas e quauquas ensaladas. I aviá totjorn la lachuga, l'endevia…
Mès, a l'òrt, i aviá pas gaire de flors. I aviá dos o tres liris perque, sabètz, las fuèlhas del liri, las gardavan per far de pansaments. Lo liri a lo petale doç e large e blanc. La mamà, dels temps de la siá mamà, los metián dins d'ai(g)ardent e, quand qualqu'un se fasiá mal, aviá quicòm, li metián una fuèlha de liri dessús amb un pansament e aquò calmava. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...