Lo lop e lo violonaire

Collecté en 2000 Sur la Commune de Nant Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les histoires relatives à des musicaires suivis par des loups qui s’enfuient au son fortuit de l’instrument sont des récits d’expérience très anciens et très répandus. Il s’agit de récits dont les acteurs et les lieux sont identifiés. En pays montanhòl, l'instrument est souvent une cabreta, ici c'est un violon.

Claude Peyrot (1709-1795), auteur occitan du Millavois, en donne une version en vers, "Lo lop e lo graile", dans Poésies rouergates.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

JEAN-CLAUDE COULET

né en 1941 au Mas de Pommiers de Nant.

Transcription

Occitan
Français
« Ma mameta contava l'istoèra del musicaire qu'èra a Canaletas dins una bòria aquí sul platèu.
Aquel òme jo(g)ava del violon e èra pastre. Lo monde lo demandavan, anava per un mari(d)atge jo(g)ar del violon o per una fèsta.
La bòria de Canaletas es a uèch quilòmèstres de Nant e i anava a pè, i aviá pas d'autres camins. I a un caminon, lo caminon del Pas de la Muòla.
E pièi, aquel òme dintrava lo matin dins la nuèch, quand aviá jo(g)at, que la fèsta èra finida.
Un jorn, en montent, aquò èra dau lo matin, i a un passatge tot a fèt destrech ont un òme passa tot sol, e agèt un lop davant. Agèt paur. Se volguèt revirar, i agèt un lop darrèr.
Aquel òme èra inquiet, aquò durèt un moment mès los lops recuolavan pas. Tot en un còp pensèt qu'aviá una fo(g)assa dins la museta, que preniá quicòm per la setmana, e agèt idèia de ne donar un bocin al lop de davant. Lo lop l'amassèt. Ne balhèt un bocin al lop de darrèr, l'amassèt atanben.
Di(gu)èt : “Aquò va, se manjan aquò te manjaràn pas tu.”
Contunhèt mès la fo(g)assa finiguèt e los lops èran totjorn aquí…
Aquel òme sabiá pas de que faire…
En se revirent, aviá lo violon tras l'esquina, en se revirent, lo violon toquèt lo ròc. Aquò faguèt de bruch, los lops esitèron e faguèron coma se volián partir.
“Òu mès, el se diguèt, aquí ara soi sauve !”
Atrapèt son violon, se metèt a jo(g)ar e los lops parti(gu)èron.
El dintrèt a la bòria, aviá avut una brava paur mès comprenguèt que las bèstias agèron paur atanben… »
Le loup et le joueur de violon
« Ma mémé racontait l'histoire du musicien qui était aux Canalettes dans une ferme ici sur le plateau.
Cet homme jouait du violon et il était berger. Les gens le demandaient, il allait jouer du violon pour un mariage ou pour une fête.
La ferme des Canalettes est à 8 km de Nant et il y allait à pied, il n'y avait pas d'autres chemins. Il y a un sentier, le sentier du Pas de la Mule.
Et puis, cet homme rentrait le matin dans la nuit, quand il avait joué, que la fête était finie.
Un jour, en montant, c'était vers le matin, il y a un passage tout à fait étroit où un homme passe tout seul, et il eut un loup devant. Il eut peur. Il voulut se retourner, il eut un loup derrière.
Cet homme était inquiet, ça dura un moment mais les loups ne reculaient pas. Tout à coup il pensa qu'il avait une fouace dans sa musette, car il prenait quelque chose pour la semaine, et il eut l'idée d'en donner un morceau au loup qui était devant. Le loup le ramassa. Il en donna un morceau au loup qui était derrière, il le ramassa aussi.
Il dit : “Ça va, s'ils mangent ça ils ne te mangeront pas toi.”
Il continua mais la fouace s'acheva et les loups étaient toujours là…
Cet homme ne savait que faire…
En se retournant, il avait son violon dans le dos, en se retournant, le violon toucha le rocher. Ça fit un bruit, les loups hésitèrent et firent comme s'ils voulaient partir.
“Oh mais, se dit-il, là maintenant je suis sauvé !”
Il attrapa son violon, il se mit à jouer et les loups partirent.
Lui, il rentra à la ferme, il avait eu une belle peur mais il comprit que les bêtes eurent peur aussi… »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...