Los barricaires de Najac

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Najac, St-André-de-Najac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Beaucoup de métiers artisanaux, la plupart peu ou prou liés à l’agriculture, ont survécu jusqu’au XXe siècle, parfois depuis le Moyen Age. Les métiers du bois et du fer tenaient une place importante : fabres, rodièrs, fustièrs, menusièrs…

Il y avait aussi toutes sortes de petits métiers sédentaires ou ambulants comme le cordonnier appelé sudre ou pegòt, l’esclopièr (sabotier), lo jotièr (jougtier), lo barricaire (tonnelier), l’estamaire (étameur), l’amolaire, ganha-petit ou agusaire (rémouleur), le tailleur appelé sartre, lo cadièiraire (fabricant de chaises), lo candelaire (fabricant de chandelles), lo matalassièr ou matalassaire (fabricant de matelas), lo pelharòt ou pelhaire (chiffonnier)…

Cette séquence est illustrée par un film tourné à Najac par C. Rose.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RIGAL MARIA ET BEDEL AURéLIE

née Puech en 1914 à La Salvetat-Peyralès ; née Rigal en 1924 à Cantagrel de Najac, décédée en 2017.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá bravament de barricaires un còp èra a Najac. Un mestièr que ara s'es perdut. Sans comptar los que i aviá enquèra en defòra de Najac.
Per començar a La Pausa, i aviá Milòr que s'apelava de son nom Allègre, apèi i aviá Ginestet. Bòn, aquí per La Pausa.
Apèi, i aviá Ficelat, i aviá Murat, i aviá Cordelon, sus la rota.
A Carrièira-Bassa, i aviá… Me'n rapèli pas mai…
I aviá Martin de Joan-Pierra que èra al-dessús de la comuna, i aviá lo paire d'Adriena que èra jos las arcadas e aquò comença de far.
Èran renommats e èra un mestièr pro delicat. E alèra n'i aviá que lo fasián melhor que d'autres. Las de Ficelat èran ventrudas, sai pas cossí te dire… Tandis que Murat, èran puslèu longas, enfin en longor. Èran pas fachas de la mèma faiçon.
Èran totas comandadas o expediadas. Mès ieu las ai vistas far. Lo que mai ai vist es Murat.
– E Ficelat atanben.
– Lo sol qu'ai pas cone(g)ut es Cordelon.
– A… si !
– A… non, me'n rapèli pas.
– A… ieu si !
– Passavi pas d'aquel costat !
– Quand anavi a l'escòla, lo vesiái.
“Eh la petite meunière !”, m'apelava.
Estacava las cauças amb una cordèla. Es per aquò que l'apelàvem Cordelon. »
Les tonneliers de Najac
« Il y avait beaucoup de tonneliers autrefois à Najac. Un métier qui s’est perdu maintenant. Sans compter ceux qu’il y avait encore en dehors de Najac.
Pour commencer à La Pause, il y avait Milor qui s’appelait de son nom Allègre, ensuite il y avait Ginestet. Bon, voilà pour la Pause.
Ensuite, il y avait Ficelat, il y avait Murat, il y avait Courdelou, sur la route.
À Carrière-Basse, il y avait... Je ne m’en souviens plus...
Il y avait Martin de Jean-Pierre qui était au-dessus de la mairie, il y avait le père d’Adrienne qui était sous les arcades et ça commence à faire.
Ils étaient renommés et c’était un métier assez délicat. Et alors il y en avait qui le faisaient mieux que d’autres. Celles de Ficelat étaient ventrues, je ne sais pas comment te dire... Tandis que celles de Murat étaient plutôt longues, enfin, en longueur. Elles n’étaient pas faites de la même façon.
Elles étaient toutes commandées ou expédiées. Mais moi je les ai vus faire. Celui que j’ai le plus vu, c’est Murat.
– Et Ficelat aussi.
– Le seul que je n’ai pas connu, c’est Courdelou.
– Ah... si !
– Ah... non, je ne m’en souviens pas.
– Ah... moi si !
– Je ne passais pas de ce côté !
– Quand j’allais à l’école, je le voyais.
Eh, la petite meunière !”, il m’appelait.
Il attachait son pantalon avec un cordon. C’est pour ça que nous l’appelions Courdelou. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...