La pèira del tròne del fabre

Collecté en 2000 Sur les Communes de Najac, Vailhourles, Villeneuve-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

De tout temps, on a prêté aux pierres particulières – comme les haches de pierre polie, les nodules, les météorites – des vertus protectrices ou curatives.

Ce témoignage est illustré par un film tourné en 1963 par André Andrieu au Mas de Combies sur la commune de Villeneuve.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ODETTE (ODETA DEL CÒMTE) CAVALLIÉ

née en 1927 à Calcomier de Vailhourles.

Transcription

Occitan
Français
« Lo meun pairin, autres còps, èra fabre. Pendent tres cent cinquanta ans, i agèt de fabres dins la familha.
Alèra èra fabre e èran pas plan riches. Fasiá los clavèls a la man e los anava vendre a la fièira d'a Najac. Los preniá sus l'esquina per los anar vendre a la fièira d'a Najac.
E un jorn, en passent per las castanhals, tronava, fasiá nivolada. Alèra, lo tròne, atirat sans dobte pels clavèls que portava sus l'esquina, li tombèt pels pès. Aviá totjorn entendut dire que las pèiras del tròne fasián ben. Se'n servián per sonhar de malautiás. Alèra l'atrapèt, la prenguèt e apèi lo monde la venián cercar.
Quand las vacas avián vedelat, qu'avián una mammite, que s'apelava lo missant-mal, lo monde anavan pas cercar lo veterinari, venián a l'ostal nos demandar de lor prestar aquela pèira de tròne.
Alèra aquela pèira del tròne se metiá dins una vièlha caçairòla ambe de vinagre e de vin, sus la brasa e, quand èra plan cauda, quand lo vinagre bolhissiá, quand la pèira èra plan cauda, la prenián e ne fretavan lo vaissèl de las vacas. E lo missant-mal, la mammite se volètz, passava coma aquò. Avián pas besonh de veterinari d'aquel temps.
Lo monde la me venián quèrre, quand sabián que i èri, que n'avián besonh, la venián quèrre, mès a dich de la prestar, sai pas end es passada, l'ai pas plus. »
La pierre du tonnerre
« Mon grand-père, autrefois, était forgeron. Pendant 350 ans, il y eut des forgerons dans la famille.
Alors il était forgeron et ils n'étaient pas très riches. Il faisait les clous à la main et il allait les vendre à la foire de Najac. Il les prenait sur le dos pour aller les vendre à la foire de Najac.
Et un jour, en passant par les châtaigneraies, il tonnait, il faisait orage. Alors, le tonnerre, attiré sans doute par les clous qu'il portait sur le dos, tomba à ses pieds. Il avait toujours entendu dire que les pierres du tonnerre faisaient du bien. Ils s'en servaient pour soigner des maladies. Alors il l'attrapa, la prit et ensuite les gens venaient la chercher.
Quand les vaches avaient vêlé, qu'elles avaient une mammite, qu'on appelait lemissant-mal,les gens n'allaient pas chercher le vétérinaire, ils venaient à la maison nous demander de leur prêter cette pierre du tonnerre.
Alors on mettait cette pierre du tonnerre dans une vieille casserole avec du vinaigre et du vin, sur la braise et, quand elle était bien chaude, quand le vinaigre bouillait, quand la pierre était bien chaude, ils la prenaient et ils en frottaient le pis des vaches. Et le missant-mal,la mammite si vous voulez, passait comme ça. Ils n'avaient pas besoin de vétérinaire en ce temps-là.
Les gens venaient me la chercher, quand ils savaient que j'y étais, qu'ils en avaient besoin, ils venaient la chercher, mais à force de la prêter, je ne sais pas où elle est passée, je ne l'ai plus. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...