J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les veillées au coin du feu (al canton) permettaient de se retrouver en famille, souvent avec des voisins, de se divertir avec des chants, des contes, des jeux et des danses, tout en effectuant de petits travaux. En parlant, on bâtissait des paniers ou des palhassas, on fabriquait des balais en bouleau (beç), on filait…

En confectionnant son panier, notre informateur évoque le métier de jougtier (jotièr). Habituellement, le jougtier venait sur place pour fabriquer les jougs sur mesure. Il fallait tenir compte de la taille des bêtes (bœufs ou vaches) ainsi que de leur morphologie.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Berthin VERDIER

né en 1931 à La Prade de Najac.

Transcription

Occitan
Français
« Aquí n'i a ben mès son pas polits aquelses, son totes torçuts…
Aquí, n'i a un. Aquí, aquel anarà plan. Aquò's de boès qu'a dos ans o tres ans de copa, es sople, aquí va plan. Farà per un còp.
Nautres emploiam de castanhièr mès i a de regions qu'emplòian d'auglanièr, sai pas, n'ai pas jamai utilizat, ieu. L'auglanièr… N'i a pas gaire d'auglanièrs aicí, avèm de castanhièrs aicí, bravament, sustot de plançòlas. Las plançòlas òm las còpa per far de piquets, per far de dovas de barrica e apèi, quand tòrnan partir, aquí, que son tròp espessas, òm tròba pro per far de panièrs. Autres còps se'n servissián per far los fagòts, ara i a de ficèlas en plastica, òm se sèrt pas mai d'aquò.
A ben aquí, dins aquel coet, èra de vinhas dins lo temps. Èra de vinhas e avián facha aquela cabana, èra pel mèg de las vinhas, d'alhurs, i a de paredons, aquí. Ara que las vinhas an crebat, ara son de prats.
Aquò's una raça que n'i a un briu que l'avèm, tota ma vida l'ai vista, aquela qualitat.
Mès n'i a de gròsses, aquelses farián per estacar de lenha, per far de fagòts.
N'i a que dison que lo cal copar ambe la luna novèla per que sia(g)an pus longs e d'autres dison lo contrari que los cal copar ambe la luna vièlha, coma aquò son pas marcuts. Ten, aquel es marcut, i a de bròcas, vesètz…
Me cal metre las lunetas.
Allez, n'ai triat dos o tres talhons de boès aquí que deurián anar.
Me cal metre una saca per mainatjar las cauças perque la femna m'engulariá.
Aquò's la anse, la quèrba. Serà benlèu un res pus nauta que… Sabes, òm los fa pas totes exactament parelh. Es un bocin pus naut. A pas d'importença. La larjor es a pus près.
Son pas faciles a partajar en tres, sans aquò, va melhor de los partajar en tres per tirar la me(s)olha de pel mièg.
Aquò's simple a far aquò. S'agís de far un torn, una crotz, fas un torn a cadun, aquí, et voilà.
Voilà, lo panièr es començat e “un trabalh començat es mièg-fach”, dison.
Lo depart del panièr, la quèrba e lo torn. Aquí la quèrba e lo torn aquò's çò que suspòrta pièi los vims.
E ara anam far los costons, plaçar aquelses… Tot aquò fa un ensemble que fa la soliditat. Son pas que de brins de res de tot mès sabes, se lo pausas coma aquò, i pòdes montar dessús, amai fagas 80 quilòs e ben passaràs pas dedins, vai !
Ara vau començar a fendre de boès per far los costons.
Aquí lo vau partajar en quatre perqu'a pas besonh d'èstre tan espés coma lo rèsta.
Aquí de costonses…
Ara anam començar de lo bastir.
Lo prumièr còp que ne fa(gu)èri un èri jove. Sai pas, aviái dètz ans benlèu, amai benlèu pas… Èra un cosin que ne fasiá un, aquí, l'aviá pas reüssit, aviá facha la quèrba, s'èra aginolhat, aquò s'èra torçut e la gitèt. Ieu l'amassèri e sia(gu)èt lo prumièr panièr que fa(gu)èri. Èra un pauc gambèrle… Ma maire, a l'epòca, me rapèli, que preniá pas qu'aquel. Èra lo pus piètre e quand aviá pas besonh de quicòm de plan bèl, per anar quèrre de patanons empr'aquí a la cava o una ensalada per l'òrt, preniá aquel panièiron. Fa que servi(gu)èt quand mèmes, amai que sia(gu)èsse pas polit, que sia(gu)èsse pas tròp plan fach, servi(gu)èt quand mèmes un brave temps.
Per l'utilitat de la bòria, caliá totjorn de panièrs : per amassar los patanons, per amassar lo milh, las patanas l'ivèrn, caliá totjorn auer de panièrs, per vendemiar…
Autres còps, per anar cercar de mossarons, lo monde prenián un panièr, ara prenon una pòcha en plastica dins la pòcha del veston e, se ne tròban, la sòrton, se ne tròban pas, degús vei pas çò que trigòssan.
Per anar portar una dotzena d'uòus al mercat, prenián un panièr, qualque lapin o qualque polet.
Aquí fau un coston, una còsta.
– Quantes ne cal ?
– Ne meti cinc o sièis de cada costat.
Vesi qu'a un n'i a cinc, oui, n'i a cinc, de còps ne meti sièis. S'èra per amassar de pèiras, per portar de trucs pesucs, valdriá mai ne metre sièis. S'es pas que per amassar de mossarons o metre de prunas secas, ambe cinc es pro solide.
I a de causas que se perdon coma, autres còps, los jotièrs que fasián los jogs per jónger las vacas o los buòus, èra un mestièr, aquò tanben. L'ai vist far pas qu'un còp. Èra un tipe de Sant-Vensa, aquí. L'ostal es al bòrd de la rota, ara s'es vendut. Arribèt lo matin ambe sa pi(g)assa e la plana dins la museta e parti(gu)èron ambe lo papà aval al fons del prat copar un vèrnhe et allez, se metèt ambe aquò a… E lo ser lo jog èra sul cap dels buòus, èra finit. Mès l'ensajava, lo fasiá que reelament anguèsse plan a las bèstias. Lo fasiá sus mesura. Èra un mestièr, aquò. Fasiá tot a la pia(g)assa e la plana, per far totes aquelses recoides, aquí. O lo cabaissòl atanben, l'ermineta.
Son de vims qu'ai copat lo matin e son presque pro fresques, son a mand de s'acoidar.
Apèi, autres còps, i aviá pas la television, la velhada, los òmes fasián un panièr, las femnas fasián una cauceta o un tricòt en discutent et voilà. Passavan lo temps coma aquò.
Aquel boès, lo li meti per téner los costons regulièrs e, quand l'ai un pauc trenat, l'enlèvi, enlèvi la ficèla e demòran dreches, coma aquò fa pas de bòssas, coma aquò demòra planièr, lo cuol del panièr demòra planièr.
Ara acabi lèu. Veses, i a un bocin de vide enquèra de cada cap e lo mièg es un pauc finit. Arribarai empr'aquí, aquí es finit, e tornarai aicí, tòrni en arrèr per poire finir aquí.
Lo me cal aponchar un bocin coma aquò passarà melhor.
Et voilà ! Un panièr de fach !
Voilà, i podèm metre de rasim, de pomas…
Quand te disiái qu'èra solide, fau 90 quilòs, ieu. Pardí me metrai pas sus la pèrga mès veses, pòdes i anar, vai ! Ara pardí, se cachavi aquí benlèu petariá la pèrga mès lo rèste es solide.
Aquí las lunetas de la memè que las meti per far de panièrs e i vesi de pròche amai de lènh amb aquò. Vesètz qu'èra de polits utisses e avián un polit estug en boès, ara sai pas… Se'n tròba pas pus d'apleches coma aquò… Aquò's de lunetas qu'an 150 ans, aquò, e que marchan enquèra !
Et voilà, avèm fach un panièr. »
Fabriquer un panier
« Là il y en a bien mais ils ne sont pas jolis ceux-là, ils sont tous tordus....
Là il y en a un. Là, celui-là ira bien. C’est du bois qui a deux ans ou trois ans de coupe, il est souple, là ça va bien. Ça fera pour une fois.
Nous nous employons du châtaignier mais il y a des régions où ils emploient du noisetier, je ne sais pas, je n’en ai jamais utilisé, moi. Le noisetier... Il n’y a pas beaucoup de noisetiers ici, nous avons des châtaigniers ici, beaucoup, surtout des baliveaux. On coupe les baliveaux pour faire des piquets, pour faires des douves de barrique et ensuite, quand ils repartent, là, qu’ils sont trop épais, on trouve assez pour faire des paniers. Autrefois ils s’en servaient pour faire des fagots, maintenant il y a des ficelles en plastique, on ne se sert plus de ça.
Eh bien là, dans ce coin, c’était des vignes dans le temps. C’était des vignes et ils avaient fait cette cabane, elle était au milieu des vignes, d’ailleurs, il y a des petits murs, là. Maintenant que les vignes ont crevé, maintenant ce sont des prés.
C’est une variété que nous avons depuis un moment, toute ma vie je l’ai vue, cette variété.
Mais il y en a des gros, ceux-là feraient pour attacher du bois, pour faire des fagots.
Certains disent qu’il faut le couper avec la lune pour qu’ils soient plus longs et d’autres disent le contraire, qu’il faut les couper avec la lune vieille, comme ça ils ne sont pas noueux. Tiens, celui-là est noueux, il y a des branches, vous voyez...
Il me faut mettre les lunettes.
Allez, j’ai trié deux ou trois morceaux de bois là qui devraient aller.
Il me faut mettre un sac pour protéger mon pantalon parce que ma femme m’engueulerait.
C’est l’anse. Elle sera peut-être un rien plus haute que... Tu sais, on ne les fait pas tous exactement pareil. Il est un peu plus haut. Ça n’a pas d’importance. La largeur c’est à peu près.
Ils ne sont pas faciles à partager en trois, sans ça, c’est mieux de les partager en trois pour retirer la moelle du milieu.
C’est simple à faire ça. Il s’agit de faire un tour, une croix, tu fais un tour à chacun, là, et voilà.
Voilà, le panier est commencé et “un travail commencé est à moitié fait”, dit-on.
Le départ du panier, l’anse et le tour. Voilà l’anse et le tour c’est ce qui supporte ensuite les brins d’osier. Et maintenant nous allons faire les arceaux, placer ces... Tout ça fait un ensemble qui fait la solidité. Ce ne sont que des brins de rien du tout mais tu sais, si tu le poses comme ça, tu peux y monter dessus, même si tu fais 80 kilos eh bien tu ne passeras pas dedans, va !
Maintenant je vais commencer à fendre du bois pour faire les arceaux.
Là je vais le partager en quatre parce que ça n’a pas besoin d’être aussi épais que le reste.
Voilà des arceaux...
Maintenant nous allons commencer à le bâtir.
La première fois que j’en fis un j’étais jeune. Je ne sais pas, j’avais dix ans peut-être, peut-être même pas... C’était un cousin qui en faisait un, là, il ne l’avait pas réussi, il avait fait l’anse, il s’était agenouillé, ça s’était tordu et il la jeta. Moi je la ramassai et ce fut le premier panier que je fis. Il était un peu boiteux... Ma mère, à l’époque, je me souviens qu’elle ne prenait que celui-là. C’était le plus petit et quand elle n’avait pas besoin de quelque chose de très grand, pour aller chercher des pommes de terre par là à la cave ou une salade dans le jardin, elle prenait ce petit panier. Ça fait qu’il servit quand même, même s’il n’était pas joli, même s’il n’était pas trop bien fait, il servit quand même un bon moment.
Pour l’utilité de la ferme, il fallait toujours des paniers : pour ramasser des pommes de terre, pour ramasser le maïs, les topinambours l’hiver, il fallait toujours avoir des paniers, pour vendanger...
Autrefois, pour aller chercher des champignons, les gens prenaient un panier, maintenant ils prennent une poche en plastique dans la poche de leur veston et, s’ils en trouvent, ils la sortent, s’ils n’en trouvent pas, personne ne voit ce qu’ils traînent.
Pour aller porter une douzaine d’œufs au marché, ils prenaient un panier, quelque lapin ou quelque poulet. Là je fais un petit arceau, un arceau.
– Combien en faut-il ?
– J’en mets cinq ou six de chaque côté.
Je vois qu’à un il y en a cinq, oui, il y en a cinq, parfois j’en mets six. Si c’était pour ramasser des pierres, pour porter des trucs lourds, il vaudrait mieux en mettre six. Si ce n’est que pour ramasser des champignons ou mettre des prunes sèches, avec cinq c’est assez solide.
Il y des choses qui se perdent comme, autrefois, les fabricants de jougs qui faisaient les jougs pour atteler les vaches ou les bœufs, c’était un métier, ça aussi. Je ne l’ai vu faire qu’une fois. C’était un type de Sanvensa, là. La maison est au bord de la route, maintenant elle a été vendue. Il arriva le matin avec sa hache et la plane dans sa musette et ils partirent avec mon papa là-bas au fond du pré couper un aulne et allez, il se mit avec ça à... Et le soir le joug était sur la tête des bœufs, il était fini. Mais il l’essayait, il le faisait pour que réellement il aille bien aux bêtes. Il le faisait sur mesure. C’était un métier, ça. Il faisait tout à la hache et à la plane, pour faire tous ces angles, là. Ou l’herminette aussi.
Ce sont des brins d’osier que j’ai coupés le matin et ils sont presque assez frais, ils sont sur le point de se courber.
Ensuite, autrefois, il n’y avait pas la télévision, à la veillée, les hommes faisaient un panier, les femmes faisaient une chaussette ou un tricot en discutant et voilà. Ils passaient le temps comme ça.
Ce bois, je le lui mets pour tenir les arceaux réguliers et, quand je l’ai un peu tressé, je l’enlève, j’enlève la ficelle et ils restent droits, comme ça ça ne fait pas de bosses, comme ça ça reste plat, le cul du panier reste plat. Maintenant j’achève vite. Tu vois, il y a un peu de vide encore à chaque bout et le milieu est presque fini. J’arriverai par là, là c’est fini, et je reviendrai ici, je reviens en arrière pour pouvoir finir là.
Il me faut l’appointer un peu comme ça il passera mieux.
Et voilà ! Un panier de fait !
Voilà, nous pouvons y mettre du raisin, des pommes...
Quand je te disais qu’il était solide, je fais 90 kilos, moi. Bien sûr je ne me mettrai pas sur l’anse mais tu vois, tu peux y aller, va ! Maintenant bien sûr, si j’appuyais là peut-être que l’anse casserait mais le reste est solide.
Voilà les lunettes de ma mémé que je mets pour faire des paniers et j’y vois de près et aussi de loin avec ça. Vous voyez que c’était de beaux outils et elles avaient un bel étui en bois, maintenant je ne sais pas... On n’en trouve plus des outils comme ça... Ce sont des lunettes qui ont 150 ans, ça, et qui marchent encore !
Et voilà, nous avons fait un panier ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...