L'escòla de las filhas

Collecté en 1996 par IOA Sur la Commune de Mur-de-Barrez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

L’école était fréquentée de façon assez irrégulière de Toussaint à Pâques car les enfants participaient aux travaux agricoles.

Ethnotexte

MARIE PRADOUX

née Moissinac en 1935 à Glénat (15).

Transcription

Occitan
Français
« Les parents sabián pas legir ni mai sabián pas escriure. Parlaviam pas francés. Mès aquò èra de monde que envoiavan les enfants en classa.
Ieu i anère a tres ans. Pareis que plorère… Ma maire o m’aviá dich que ela anèt estendre de fumièr dins un camp de delai la classa e m’entendiá.
En classa ai avut de missants poents parce que ère pas bien arrenjada. La mèstra diguèt un jorn a las autras filhòtas :
“Avètz pas un miralh per la faire agachar ?”
Una aviá un pichon miralhon mès que ieu lo li fotère per la paret. La mèstra me batèt, me tirèt la borra… Atí mon paire me sortiguèt e m’envoièt en classa a Rossin. I aviá una espèça de sur que fasiá la classa. Aquò èra d’aquelas que lo governament lor aviá donat l’autorizacion de far la classa publica. Ai apres a legir e escriure atí. Aprèssa mes parents cambièron de bòria e atí anère en classa a Laucan. I demorère un ivèrn. I anave les ivèrns. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...