Embucar

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de Moyrazès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La maîtresse de maison, la patrona, régnait sur le potager (òrt) et la basse-cour qui permettaient de couvrir une bonne partie des besoins alimentaires. Les excédents vendus au marché lui procuraient un peu d’argent pour les besoins de la famille. 

Les confits d’oie (quartièrs d'auca) ou de canard (rit) permettaient à la maîtresse de maison d’accueillir convenablement ses invités en préparant rapidement un mets de choix. 

On gavait (embucar) les oies avec du maïs (milh). Pour ce faire, on utilisait une sorte d'entonnoir (embuc) et une cheville en bois (cavilha de boès).

Ethnotexte

ESPINASSE BERTHE ET BOUSQUIÉ JOSÉPHINE

née Bousquié en 1914 aux Aumières de Moyrazès ; née en 1920 aux Aumières de Moyrazès.

Transcription

Occitan
Français

« Embucàvem ambe de milh. Aviam un embuc amb una cavilha. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...