Lo conte de Matfre, Caluca e Bachan

Collecté en 2000 Sur les Communes de Montsalès, Villefranche-de-Rouergue Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Paulin nous donne ici un bel aperçu de son talent de conteur.

Les formules de fin de conte soulignent l'aspect fictif du récit, ferment l'histoire et ramènent l'auditoire à la réalité.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAULIN BELVÈZE

né en 1931 à Montsalès.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò se passa chas ieu, aval, a Montsalés. Al cap de la còsta, quand venètz d'a-z-Ambairac, li aviá tres bòrias que duèi aquò s'apèla lo Mas de Bachan, lo Mas de Matfre e amont, pus naut sul tustet, li aviá Caluca. Lo darrèr, aquí, Caluca, èra ganèl ! Quand podiá far un escarsin a quauqu'un, crei z'o que mancava pas res ! N'i aviá per l'argent !
Fa que un jorn, di(gu)èt a la femna :
“Ten, ai invitat los vesins, aquí, Bachan e Matfre, per despartinar !
– E ben as ben plan fat que ai una plena olada de sopa que còi sul fuòc.
– Escota, vira-me lo fuòc, las cendres, la brasa, tot. Pòrta-me aquò darrèr, fot-li una posada d'ai(g)a dessús e, quand arribaràn, te'n fasca pas, anèm rire.”
Los autres arriban, tranquillon, pel camin, discutavan e lor di(gu)èt :
“E ben, bonjorn !
– Bonjorn !”
Se sarrèron la man e, dins un còp, li aviá Caluca, ambe son foet, foetava la marmita. A còps de foet : pinga-panga ! Di(gu)èron :
“Mès es capbord ! Qué t'arriba ?
– Macarèl, non pas gessa !
– Mès qué fas amb aquel foet ?”
El foetava la marmita e çò ditz :
“Mès fau bolhir la sopa. Aquò va pas ? E ben, li di(gu)èt, planta-li lo det dedins !”
E, en efèt, la sopa èra bolhenta.
Alèra las trempas èran copadas, los fa(gu)èt sèire davant una litre de vin, aquí a taula, e se metèron a taula.
Lo Bachan, que sabiá pas que far de l'argent, que nadava… Aviá una crana bòria. Escodiá tot lo jorn, aquò's per vos dire que lo monde qu'escodián tot lo jorn, en principe, avián una crana bòria. Alèra, li di(gu)èt :
“A prepaus, aquel foet, lo me vendriás pas ?
– A…, li di(gu)èt, òc si ben !
– E quant ne vòls ?
– Ne vòli cent escuts.”
Èra un bocin car mès li fa pas res, çò ditz :
“Estauviariái la lenha. E ben aquò's un afar reglat !”
Beu(gu)èron lo cafè, prenguèron la gota e mon Bachan parti(gu)èt ambe son foet, tot content.
Bon. Mès que, quand arribèt a l'ostal, ensagèt lo foet, lo ser, per far bolhir la sopa. Figuta-te, aquel foet, se fa(gu)èt bolhir la sopa ! E ne fa(gu)èt petar de milas !
“Aquela puta de Caluca m'a engarçat ! M'a engarçat ! Miladieu, li vau tornar !”
E tornèt quirdar al vesin, li di(gu)èt :
“Di(g)a, vèni ambe ieu. Li anèm fotre una tanada, m'a engarçat !”
Alèra, quand arribèt a cò de Caluca, pardí, èra en colèra. Bolhiá. Èra roge. Li'n voliá fotre una tanada, pardí. E Matfre li auriá ajudat, lo cas enseguent, pardí.
Mès que Caluca aviá previst lo còp. Di(gu)èt a la femna :
“Escota, boges pas, los t'anèm calmar.”
Li t'estaquèt una vessi(g)a plena de sang dins l'estomac, aquí. Sai pas cossí aquò s'apèla, aquelas pòchas, aquí, que meton davant las femnas. Ambe lo tricòt, aquò se vesiá pas. Sai pas cossí apelavan aquò, ieu. N'ai pas jamai vist… Fa que li t'estaca aquela vessi(g)a plena de sang sus l'estomac, li te carga lo tricòt e, quand l'autre arribèt en colèra, s'aprochèt d'el e el di(gu)èt :
“Espèra un pauc, di(gu)èt a la femna, age pas paur, te farai pas mal.”
Ambe lo cotèl, li di(gu)èt :
“La barraràs o la barraràs pas ?”
Se metèron a se disputar.
“Vièlha garça, te vau far veire que te vau reglar !”
Ambe lo laguiòla, macarèl, li te trauquèt la vessi(g)a : aquel sang pertot, pardí… E la femna… per tèrra.
E Bachan, pardí, di(gu)èt pas pus res sul còp.
Li di(gu)èt :
“A prepaus, aquel cotèl, aquí, qué ne vas far ?”
Di(gu)èt :
“A… se vòls lo te vendi.
– Quant ne vòls ?
– Cent escuts.”
L'autre te sòrt cent escuts e li te vend lo cotèl.
E di(gu)èt a Matfre :
“Comprenes, ai la femna que repotega tot lo temps… Te vau far veire que…”
E, abans de partir, ai oblidat de z'o vos dire, Caluca agachèt la femna e agachava lo cotèl. Li di(gu)èt :
“Cotèl de margue blanc,
Cotèl de margue negre,
Fai-me reviscolar la femna !”
E la femna se remenèt, se levèt, aviá pas res.
Bachan di(gu)èt :
“E ben aquò farà mon afar, rapèla-te que quand arribarai a l'ostal, se jamai la femna repotega, l'aurai lèu arrengada !”
E pardí, manquèt pas, la femna que totjorn resse(g)ava, tornèt rondinar :
“D'ont venètz de rotlar ?”
E patatí e patatà…
El li di(gu)èt :
“Escota !”
Crac !, li te fot un còp de cotèl, aquí dins lo còl, aquí. La femna per tèrra… Sangava coma un bochièr,pardí, coma un vedèl.
Li di(gu)èt ben, al cotèl :
“Cotèl de margue negre,
Cotèl de margue blanc,
Tòrna-me la femna coma d'abans !”
Enquèra li seriá se… Lo cotèl de margue negre, cotèl de margue blanc, tornèt pas la femna coma d'abans…
Èra en colèra ! Èra en colèra ! Parti(gu)èron totes dos, lo cotèl, lo foet…
Atrapèron Caluca e lo menèron… Lo fotèron dins un sac. Prenguèron lo baiard e di(gu)èron :
“Aqueste còp, rapèla-te que nos farà pas pus cagar !”
L'anèron ne(g)ar al Lòt. Mès que èra luènh, li a tres quilòmèstres… E pesava !
En passent aval al cementèri que li a una crotz, Bachan di(gu)èt :
“Me cal ben anar dire un Pater sus la tomba de la paura nòstra que l'aimavi ben quand mème. Me repotegava ben mès l'aimavi plan.”
Coma ieu la meuna, pardí…
Pausèron aquela saca, aquí, al pè de la crotz, e anèron dire un Pater dins lo cementèri.
A… li metèron pas un briu, li metèron cinc minutas.
Mès, lo temps que anèron al cementèri qu'èra a cinquanta mèstres, e la paret es nauta, li a un paure que passèt ambe la cana e vegèt aquela saca. Anèt furgar, aquí, e l'autre, dins la saca, di(gu)èt :
“Chut, chut, chut que dins cinc minutas serai al Paradís !”
Lo paure li di(gu)èt :
“A… que ieu li volriái anar…
– A… mès, li di(gu)èt, aquò's plan simple. Aquò's plan simple : as pas qu'a desfar lo noet del sac e te donarai ma plaça.
– E ben ambe plaser. Que me rendes servici ! Que soi malerós sus la Tèrra !”
E pardí, l'autre sorti(gu)èt del sac, lo se fa(gu)èt pas dire dos còps. Prenguèt la podra d'escampeta e tornèt montar a l'ostal.
Los autres sòrton del cementèri, pardí, e tòrnan prene aquel baiard ambe l'autre piòt dedins, z'o cresián. Quand arribèron al Lòt, lo te fotèron per l'ai(g)a, pardí, e tornèron partir.
E parlavan, parlavan, a-z-Ambairac, beu(gu)èron un còp, un cafè, a l'epòca li aviá pas d'alcoòl. Alèra, tornèron arribar amont al Mas de Bachan e al Mas de Matfre, amont. E qual te veson ? Çò que premièr vegèron ? Caluca que ramassava dels rascals e que gardava las fedas !

E ben cric-crac,
Mon conte est acabat ! »
Le conte de Maffre, Caluque et Bachan
« Ça se passe chez moi, là-bas, à Montsalès. Au bout de la côte, quand vous venez d'Ambeyrac, il y avait trois fermes, aujourd'hui ça s'appelle le Mas de Bachan, le Mas de Maffre et là-haut, plus haut sur la colline, il y avait Caluque. Le dernier, là, Caluque, était fourbe ! Quand il pouvait faire un tour à quelqu'un, crois-le qu'il ne s'en privait pas ! Il y en avait pour l'argent !
Cela fait qu'un jour, il dit à sa femme :
“Tiens, j'ai invité les voisins, là, Bachan et Maffre, pour manger !
– Eh bien tu as bien fait car j'ai une pleine marmite de soupe qui cuit sur le feu.
– Écoute, enlève-moi le feu, les cendres, la braise, tout. Porte-moi ça derrière, fous-y un seau d'eau dessus et, quand ils arriveront, ne t'en fais pas, nous allons rire.”
Les autres arrivent, tranquillement, par le chemin, ils discutaient et il leur dit :
“Eh bien, bonjour !
– Bonjour !”
Ils se serrèrent la main et, tout à coup, il y avait Caluque qui fouettait la marmite avec son fouet. À coups de fouet : ping-pang ! Ils dirent :
“Mais il est fou ! Que t'arrive-t-il ?
Marcarèl,non, pas le moins du monde.
– Mais que fais-tu avec ce fouet ?”
Lui, il fouettait la marmite et il dit :
“Mais je fais bouillir la soupe. Ça ne va pas ? Eh bien, lui dit-il, plonges-y le doigt dedans !”
Et, en effet, la soupe était bouillante.
Alors les tranches de pain étaient coupées, il les fit asseoir devant un litre de vin, là à table, et ils se mirent à table.
Bachan, qui ne savait que faire de l'argent, qui nageait… Il avait une belle ferme. Il battait un jour entier, c'est pour vous dire que les gens qui battaient un jour entier, en principe, avaient une belle ferme. Alors il dit :
“À propos, ce fouet, tu ne me le vendrais pas ?
– Oh…, lui dit-il, si, bien sûr !
– Et combien tu en veux ?
– J'en veux cent écus.”
C'était un peu cher mais ça ne fait rien, il dit :
“J'économiserais le bûcher. Eh bien c'est une affaire réglée !”
Ils burent le café, prirent la goute et mon Bachan partit avec son fouet, tout content.
Bon. Mais, quand il arriva à la maison, il essaya le fouet, le soir, pour faire bouillir la soupe. Figure-toi si ce fouet fit bouillir la soupe ! Et il en fit péter des miladieus !
“Cette pute de Caluque m'a arnaqué ! Il m'a arnaqué ! Miladieu,je vais y retourner !”
Et il rappela le voisin, il lui dit :
“Dis, viens avec moi. Nous allons lui foutre une tannée, il m'a arnaqué !”
Alors, quand il arriva chez Caluque, évidemment, il était en colère. Il bouillait. Il était rouge. Il voulait lui foutre une tannée, bien sûr. Et Maffre l'aurait aidé, le cas échéant, évidemment.
Mais Caluque avait prévu le coup. Il dit à sa femme :
“Écoute, ne bouge pas, nous allons te les calmer.”
Il lui attacha une vessie pleine de sang à l'estomac, là. Je ne sais pas comment ça s'appelle, ces poches, là, que les femmes mettent devant. Avec le tricot, ça ne se voyait pas. Je ne sais pas comment ils appelaient ça, moi. Je n'en ai jamais vu… Ça fait qu'il lui attache cette vessie pleine de sang sur l'estomac, il lui enfile le tricot et, quand l'autre arriva en colère, il s'approcha de lui et dit :
“Attends un peu, dit-il à sa femme, n'aies pas peur, je ne te ferai pas mal.”
Avec le couteau, il lui dit :
“Tu la fermeras ou tu ne la fermeras pas ?”
Ils se mirent à se disputer.
“Vieille garce, je vais te faire voir que je vais te dresser !”
Avec le laguiole, macarèl,il lui troua la vessie : ce sang partout, bien sûr… Et la femme… par terre.
Et Bachan, bien sûr, ne dit plus rien sur le coup.
Il lui dit :
“À propos, ce couteau, là, que vas-tu en faire ?”
Il dit :
“Oh… si tu veux je te le vends.
– Combien en veux-tu ?
– Cent écus.”
L'autre te sort cent écus et il te lui vend le couteau.
Et il dit à Maffre :
“Tu comprends, j'ai la femme qui râle tout le temps… Je vais te faire voir que…”
Et, avant de partir, j'ai oublié de vous le dire, Caluque regarda sa femme et regardait son couteau. Il lui dit :
“Couteau au manche blanc,
Couteau au manche noir,
Fais revenir ma femme à elle !”
Et la femme bougea, elle se leva, elle n'avait rien.
Bachan dit :
“Eh bien, ça fera mon affaire, rappelle-toi que quand j'arriverai à la maison, si jamais ma femme râle, je l'aurai vite arrangée !”
Et, bien sûr, ça ne manqua pas, sa femme qui radotait toujours, recommença à ronchonner :
“D'où venez-vous de traîner ?”
Et patati et patata…
Lui, il lui dit :
“Écoute !”
Crac !, il te lui fout un coup de couteau, là dans le cou, là. La femme par terre… Elle saignait comme un boucher, bien sûr, comme un veau.
Il lui dit bien, au couteau :
“Couteau au manche noir,
Couteau au manche blanc,
Rends-moi ma femme comme elle était avant !”
Il y serait encore si… Le couteau au manche noir, couteau au manche blanc, ne rendit pas la femme comme auparavant…
Il était en colère ! Il était en colère ! Ils partirent tous deux, le couteau, le fouet…
Ils attrapèrent Caluque et l'amenèrent… Ils le mirent dans un sac. Ils prirent le brancard et dirent :
“Cette fois, rappelle-toi qu'il ne nous fera plus chier !”
Ils allèrent le noyer au Lot. Mais c'était loin, il y a 3 km… Et il pesait !
En passant là-bas au cimetière où il y a une croix, Bachan dit :
“Il me faut bien aller dire un Patersur la tombe de ma pauvre bien aimée car je l'aimais bien quand même. Elle me criait bien dessus mais je l'aimais bien.”
Comme moi la mienne, évidemment…
Ils posèrent ce sac, là, au pied de la croix, et ils allèrent dire un Paterau cimetière.
Oh… ils n'y mirent pas longtemps, ils y mirent cinq minutes.
Mais, pendant qu'ils allèrent au cimetière qui était à 50 m, et le mur est haut, il y a un pauvre qui passa avec sa canne et qui vit ce sac. Il alla fouiller, là, et l'autre, dans le sac, dit :
“Chut, chut, chut car dans 5 mn je serai au Paradis !”
Le pauvre dit :
“Oh… comme je voudrais y aller…
– Oh… mais, lui dit-il, c'est très simple. C'est très simple : tu n'as qu'à défaire le nœud du sac et je te donnerai ma place.
– Eh bien avec plaisir. Comme tu me rends service ! Comme je suis malheureux sur la Terre !”
Et bien sûr, l'autre sortit du sac, il ne se le fit pas dire deux fois. Il prit la poudre d'escampette et remonta à sa maison.
Les autres sortent du cimetière, bien sûr, et reprennent ce brancard avec l'autre idiot dedans, comme ils le croyaient. Quand ils arrivèrent au Lot, ils te le jetèrent dans l'eau, bien sûr, et repartirent.
Et ils parlaient, ils parlaient, à Ambeyrac, ils burent un coup, un café, à l'époque il n'y avait pas d'alcool. Alors ils arrivèrent à nouveau là-haut au Mas de Bachan et au Mas de Maffre, là-haut. Et qui voient-ils ? Ce qu'ils virent en premier ? Caluque qui ramassait des noix et qui gardait les brebis !

Eh bien cric-crac,
Mon conte est achevé ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...