L'escòla de Montsalés

Collecté en 2002 Sur les Communes de Montsalès, Villefranche-de-Rouergue Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les enfants devaient souvent parcourir de longues distances à pied pour se rendre à l'école et, parfois, ils faisaient des bêtises (asenadas).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAULIN BELVÈZE

né en 1931 à Montsalès.

Transcription

Occitan
Français
« Nautres, èrem quatre o cinc qu'anàvem a l'escòla. Aquí i aviá Lucien de Darres, amont i aviá los Delpòrt, èran dos fraires e amont, al Mas de Parrèu i aviá… I èran ben tres o quatre qu'anavan a l'escòla. I aviá Yvonne, Juliette, Simone, Henriette, Robert, Paul… I èran un tropelat !
E davalavan d'amont e montavan devàs aicí. A mègjorn, tornavan pas a l'ostal, manjavan a l'escòla. Fasián sègre per manjar. Parce que…
E montàvem aquí per aquel travèrs. I aviá un viòl de pè. Apelàvem aquò Lo Roquilh. E aquí aquò's Lo Redòl. E me rapèli que i aviá pas un aure. Aquò èra pas qu'una frachiva e Joanton li gardava.
Un còp, aviam crompat una boèta d'alumetas mès que fotèrem fuòc al travèrs ambe mon fraire ! Fa(gu)èron sonar las campanas, fa(gu)èron pas venir los pompièrs… Tot lo monde del vilatge venguèron. Èran benlèu cinquanta ambe de palas, de forcas, de podasses… Copavan de las bròcas, de brocassas per l'escantir. Tustavan. E pardí, arribèron a lo descantir.
N'atrapèrem una ressolada que… Lo nòstre papà rigolava pas, te disi que… Mon fraire anèt al lièt, lo fotèron al lièt, e ieu m'envoièron gardar las fedas ambe ma sòrre. Èrem tristonets, ne plorèrem tota la serada… Aviam ben fach una asenada, plan solide… A mès, aquò's aital que l'òm apren a viure, paure. Qué volètz ? »
L'école de Montsalès
« Nous, nous étions quatre ou cinq à aller à l'école. Là il y avait Lucien Darres, là-haut il y avait les Delport, deux frères, et en haut, au Mas de Parrau, il y avait… Ils étaient bien trois ou quatre à aller à l'école. Il y avait Yvonne, Juliette, Simone, Henriette, Robert, Paul… Ils étaient un troupeau !
Ils descendaient de là-haut et ils montaient par ici. À midi, ils ne rentraient pas à la maison, ils mangeaient à l'école. Ils faisaient suivre de quoi manger. Parce que…
Nous montions là par ce raidillon. Il y avait un sentier. Nous appelions ça Le Rouquil. Et là c'est Le Rédol. Je me souviens qu'il n'y avait pas un arbre. Ce n'était qu'une friche et Jantou y gardait les bêtes.
Une fois, nous avions acheté une boîte d'allumettes et nous incendiâmes la pente, avec mon frère ! Ils firent sonner les cloches, ils ne firent pas venir les pompiers… Tous les gens du village vinrent. Ils étaient peut-être cinquante avec des pelles, des fourches, des serpes… Ils coupaient des branches, des grosses branches pour éteindre le feu. Ils frappaient. Bien sûr, ils arrivèrent à l'éteindre.
Nous reçûmes une raclée que... Notre père ne rigolait pas, je te dis que… Mon frère alla au lit, ils l'envoyèrent au lit, et moi ils m'envoyèrent garder les brebis avec ma sœur. Nous étions tristes, nous en pleurâmes toute la soirée. Nous avions bien fait une bêtise, c'est sûr… Ah mais c'est ainsi que l'on apprend à vivre, mon pauvre. Que voulez-vous ? »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...