Vue du château (castèl) et du village (vilatge), novembre 1999

Collecté en 1999 Sur la Commune de Montrozier Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vue du château (castèl) et du village (vilatge), novembre 1999


La cour de Montrozier

Dernière cour troubadouresque occitane, la cour des comtes de Rodez (Rodés) à Montrozier (Montrosièr) accueillit au XIIIe siècle des troubadours (trobadors) de renom comme Guiraut Riquièr, considéré comme le dernier grand troubadour.

Raimbaut d’Aurenja
Parmi les premiers troubadours qui fréquentèrent la cour de Montrozier ou rendirent hommage aux comtes et comtesses de Rodez, figure Raimbaut d’Aurenja qui adressa un gaug à la comtesse :
« La comtessa a Monrosier
Volgra auzis mon gaug entier. »


Guilhem del Mur
Ce notable de Mur de Barrez, quelque peu caractériel, est connu pour sept tensons (genre dialogué) et un sirventés (genre satirique) adressé en 1270 à Uc IV de Rodez pour lui demander de se croiser.

Enric II
Le comte de Rodez, Enric II, dont on a une vida, échangea des tensons (genre dialogué) avec Uc de Sant-Circ :

« Lo coms de Rodes si era mout adreics e mout valens, e si era trobaire. »

Bernat de Venzac
Auteur de cinq ou six sirventés (genre satirique) et d’une alba (amours cachées) religieuse, Bernat de Venzac ou Veuzac fut témoin des rivalités entre l’évêque et le comte de Rodez à propos de la Cité (Ciutat) et du Bourg (Borg) :
« Del bisb’e d’elh siajauzens
Rodes hueymays
E tornen en patz lor carays
Si que lo bes lo mal vensa. »
C’est au comte Uc qu’il adressa deux de ses pièces :
« Lo vers recipia. I cons Uc
En sa cort ab sa companha. »


Guiraut Riquièr
Le troubadour Guiraut Riquièr a séjourné à la cour de Montrozier où Enric II organisait des concours. Il participa à une dizaine de tensons (genre dialogué), dialoguant ainsi avec d’autres troubadours tel Guilhem del Mur. Il gagna un concours d’interprétation d’une œuvre en trobar clus (poésie d'initiés) de Guiraut de Calenson.
Le commentaire de Guiraut Riquièr sur la pièce de Guiraut de Calenson se termine, selon l’habitude des troubadours, par une sorte d’envoi (tornada) adressé au comte de Rodez :
« Aisso que ven apres es testimoni que il senher N Enric, per la gracia de Dieu cons de Rodes, porta ad esta espozisio als vertat
E nos devem, ses esser greu
Enric, per la gracia de Dieu
Cons de Rodes, per la gracia de Dieu
Ad esta espozisio. »

Il fut déclaré vainqueur en 1285 dans un verdict d’Enric II daté de Montrozier :
« Que fo fag als gran aleguier
Ins el castel de Montrozier. »

Montrosièr, novembre de 1999

Photo

Vue du château (castèl) et du village (vilatge), novembre 1999
© Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...