Lo cabretaire e lo lop

Collecté en 2001 par IOA Sur les Communes de Montpeyroux, Soulages-Bonneval Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les histoires relatives à des musicaires suivis par des loups qui s’enfuient au son fortuit de l’instrument sont des récits d’expérience très anciens et très répandus. Il s’agit de récits dont les acteurs et les lieux sont identifiés. En pays montanhòl, l'instrument est souvent une cabreta.

Claude Peyrot (1709-1795), auteur occitan du Millavois, en donne une version en vers, "Lo lop e lo graile", dans Poésies rouergates.

C’est sur le canton de Saint-Chély que ces histoires sont les plus nombreuses et les plus précises, peut-être en raison de la version popularisée par Arthémon Durand-Picoral (1862-1937) d’Artigues de Bonefon.

Ethnotexte

ANDRÉ VIALA

né en 1925 à Puech-Redon de Soulages.

Transcription

Occitan
Français
« Un èra anat jo(g)ar una nòça, chai, ambe la cabreta e, quand tornèt partir, li donèron un pauc de fo(g)assa. Pel camin, s’entrachèt que i aviá un lop que lo seguiá. Se di(gu)èt :
“Li vau escampar un bocin de fo(g)assa, d’aquel temps que manjarà la fo(g)assa, ieu prendrai d’avança.”
Lo lop manjava la fo(g)assa mès l’aviá totjorn darriès. Alara se metèt a jo(g)ar un èrt de cabreta e lo lop n’anèt al diables ! Alara aviá de regrets d’avere donat la fo(g)assa ! Auriá degut jo(g)ar de cabreta aquò premièr ! »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...