La quèsta del campanièr o de la campanièira

Collecté en 2001 par IOA Sur la Commune de Montpeyroux Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans chaque paroisse, une personne s'occupait de la sonnerie des cloches : lo campanièr ou la campanièira si c'était une femme.

En plus des offices, le campanièr devait sonner l'angélus et remplir sa fonction en cas de décès dans la paroisse (glas et enterrement) ainsi que les jours de mariage et de baptême.

Dans certaines paroisses on sonnait également les calendes pour Noël.

Bénévole, il était rémunéré par des dons en nature lors d’une ou de plusieurs quêtes annuelles.

L'électrification des cloches, dans la seconde moitié du XXe siècle, mit fin à cette charge.

Ethnotexte

Lucien ANGLADE

né en 1912 à Montpeyroux.

Transcription

Occitan
Français
« De pus lèu, sustot dins las pichòtas campanhas, lo campanièr passava dins les ostaus per amassar quicòm. N’i aviá que donavan un bocin de blat, n’i aviá que donavan un bocin de lard… A Tesc, la campanièira passava cada an, dins la prima, a l’entorn de Pascas, per amassar aquò que li volián donar lo monde. En general, tot lo monde donava quicòm. Aquò èra dins ma junessa, tot a fèt. Mès, per un entarrament, aiquí lo campanièr èra pagat per la familha. Per la novena atanben, e pel cap de l’an. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...