La cançon de las messòrgas

Collecté en 2000 Sur les Communes de Montpeyroux, St-Côme-d'Olt Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson appartient à un fonds ancien antérieur au XXe siècle.

Dans les chansons à mensonges, l'ordre des choses se trouve renversé. Elles ont souvent un contenu satirique.

L'informateur a arrangé et complété la version qu'il tient de la tradition orale.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Roger ALDEBERT

né en 1917 à Saint-Côme d'Olt

Transcription

Occitan
Français
« N'i aviá un del costat de La Bastida, alai, que cantava una cançon qu'èra plena de mensòrgas. E alara n'ai retengut quauques bocins, ieu, e pièi quauques bocins qu'ai ajustats. La vos vau cantar.

“Ieu sabe una cançon,
Qu’es plena de mensòrgas,
Se i a una vertat,
Vòle que las calças me'n tòmban.

Anère al mercat,
Per i crompar un ase,
Quand l’agère pagat,
Se trobèt una sauma.

Li crompère de fen,
Se trobèt que d’estopas,
Li anère donar un planponh,
Las me fialava totas.

L’anère far farrar,
M’i metèron de ventosas,
E sul parquet cirat,
Cada pas que fasiá,
Fasiá saltar la bosa.

E las moscas al plancat,
S’espetavan de rire,
Una se sanglacèt,
En buvent d’ai(g)a calda.

La cabra sul cloquièr,
Qu'i aviá anisat,
Lo buòu i montèt,
I atapèt un rat.

E lo cat per la cort,
Que galhava las polas,
Lo gal s’entrachèt,
Li anèt pissar sul lièch.

Aval lo bòrd del riu,
Lo lop agachava montar l’ai(g)a,
E i aviá un peisson,
Menava una vacada.

Se sabètz una cançon,
Que i a maitas de mensòrgas,
E ben levatz lo det,
Ieu las calças me tòmban.” »
La chanson aux mensonges
« Il y en avait un du côté de La Bastide, là-bas, qui chantait une chanson qui était pleine de mensonges. Et alors j’en ai retenu quelques morceaux, moi, et puis quelques morceaux que j’ai ajoutés. Je vais vous la chanter.

“Moi je connais une chanson,
Qui est pleine de mensonges,
S’il y a une vérité,
Je veux que mon pantalon tombe.

J’allai au marché,
Pour y acheter un âne,
Quand je l’eus payé,
Il se trouva que c’était une ânesse.

Je lui achetai du foin,
Ce n’était que de l’étoupe,
J’allai lui donner une poignée,
Elle me la filait toute.

J’allai la faire ferrer,
Ils m’y mirent des ventouses,
Et sur le parquet ciré,
À chaque pas qu’elle faisait,
Elle faisait sauter la bouse.

Et les mouches au plancher,
Crevaient de rire,
Une se glaça le sang,
En buvant de l’eau chaude.

La chèvre sur le clocher,
Y avait fait son nid,
Le bœuf y monta,
Il y attrapa un rat.

Et le chat dans la cour,
Qui côchait les poules,
Le coq s’en aperçut,
Il alla pisser sur son lit.

Là-bas, au bord du ruisseau,
Le loup regardait monter l’eau,
Et il y avait un poisson,
Il conduisait un troupeau de vaches.

Si vous connaissez une chanson
Où il y a plus de mensonges,
Eh bien, levez le doigt,
Moi, mon pantalon tombe.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...