Fiauar la lana

Collecté en 2001 par IOA Sur la Commune de Montpeyroux Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La laine avait une valeur domestique et commerciale qu’elle a perdue de nos jours. On la vendait, on la faisait filer aux filatures du pays, on en faisait des couvertures piquées et des matelas…

Quelquefois, on en filait un peu à la quenouille (conolha, conolhe) et au fuseau (fuse) ou au rouet (torn) pour tricoter.

On notera la vocalisation du "l" de fialar (filer) en "u" : fiauar. Cette particularité linguistique est propre au nord du département : ostal / ostau, lençòl, lençòu…

Ethnotexte

LOUIS RAYNALDY

né en 1932 à La Devèze de Tesq de Montpeyroux.

Transcription

Occitan
Français
« Ma grand-maire, Marie Carrièira-Rainaldin, fiauava a la conolha. Aquò èra de lana qu’avián cardada. N’i aviá qu’avián un rodet. Mès ela, aquò èra pas un rodet, aquò èra una bròca forcuda qu’entortilhava la lana amont, l’estirava ambe lo bocin de boès. Aquel afaire virava e aquò fasiá de fièu. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...