La laurada e la calç

Collecté en 2000 Sur les Communes de Montjaux, St-Victor-et-Melvieu, Villefranche-de-Panat Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le chaulage s’est développé à partir du XIXe siècle et les terres à seigle du Lévézou ont pu produire du blé et de l'orge.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

VERNHETTES ARMAND ET MARIGNAC RENé

né en 1937 à La Borie Sèche de Montjaux ; né en 1949 au Barri de Montjaux.

Transcription

Occitan
Français
« Dès l'atge, coma Renè, dès l'atge de onze ans ieu jonhave los buòus que avián de banas coma… de cinquanta centimèstres aquí… Lor caliá penchar lo cap per i metre lo jog. E te fasián laurar a onze ans ! M'excuse me parlar de ieu mès laurave los camps ambe lo brabant e, quand i aviá un ròc, caliá soslevar aquò, sabètz que… Aviam pas la vida facila, quand mèmes dins aquela region…
– Non mès enfin èrem contents.
– Òc.
– La tèrra, la cal trabalhar quand es amorosa.
– As rason.
– La tèrra, aquí, quand lauras, que veses que i a una sason supèrba, te regalas de veire aquò ! Quand lauras… Enfin, aime pas de laurar quand… aquò me desgosta, quand lo temps o ditz pas.
– Aquò's graça a-n-aquela calç que, se volètz, avèm ameliorat lo rendament del Leveson. Fasián pas que de se(g)al, amont, de se(g)al òc, e pièi posquèron faire de blat e d'òrdi, etc., quoi. Ambe la calç d'aicí, de Sent-Victor, etc. Mès nautres, aicí, sèm a la pòrta del Leveson, a la limita.
– Mès, la calç de Montjòus, enfin çò qu'ai entendut dire en naut, l'aimavan ! Los forns de calç d'aicí e tot aquò, que el ne coneis mai que ieu, n'i aviá totjorn dos aicí, tota la montanha, ambe los buòus, venián aicí, dinca-z-a Vilafranca de Panat aval que ne parlan encara. Ambe de buòus, veniá quèrre la calç, ah oui, los buòus o las ègas mès ambe las ègas anavan puslèu quèrre lo vin. »
Le labour et la chaux
« Dès l'âge, comme René, dès l’âge de 11 ans je joignais les bœufs qui avaient des cornes comme… de 50 cm là… Il fallait leur pencher la tête pour y mettre le joug. Et ils te faisaient labourer à 11 ans ! Je m'excuse de parler de moi mais je labourais les champs avec le brabant et, quand il y avait une pierre, il fallait soulever ça, vous savez que… Nous n'avions pas la vie facile, quand même dans cette région…
– Non mais nous étions contents.
– Oui.
– La terre, il faut la travailler quand elle est amoureuse.
– Tu as raison.
– La terre, là, quand tu laboures, que tu vois que la saison est superbe, tu te régales de voir ça ! Quand tu laboures… Enfin, je n'aime pas labourer quand… ça me dégoûte, quand le temps ne convient pas.
– C'est grâce à cette chaux que, si vous voulez, nous avons amélioré le rendement du Lévézou. Ils ne faisaient que du seigle, là-haut, du seigle oui, et puis ils purent faire du blé et de l'orge, etc., quoi. Avec la chaux d'ici, de Saint-Victor, etc. Mais nous ici, nous sommes à la porte du Lévézou, à la limite.
– Mais, la chaux de Montjaux, enfin d'après ce que j'ai entendu dire là-haut, ils l'aimaient ! Les fours à chaux d'ici et tout ça, mais lui il connaît mieux que moi, il y en avait toujours deux ici, tous ceux de la montagne, avec les bœufs, venaient ici, jusqu'à Villefranche de Panat là-bas, ils en parlent encore. Avec des bœufs, ils venaient chercher la chaux, ah oui, les bœufs ou les juments mais avec les juments ils allaient plutôt chercher le vin. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...