La falsa trèva e lo barral de vin

Collecté en 1997 Sur la Commune de Montjaux Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les trèvas sont des revenants qui se manifestaient de diverses manières afin de contraindre les héritiers à faire dire des messes pour le repos de l'âme du défunt.

Cette croyance était très répandue jusqu'au début du XXe siècle.

Des plaisantins pouvaient en jouer mais, quelquefois, la fausse trèva est démasquée par un paroissien plus courageux que les autres.

Ce récit de l'arroseur arrosé est très répandu. Nous l'avons collecté à de nombreuses reprises en Aveyron. Parfois, comme c'est le cas ici, la fausse trèva ne survit pas à ses blessures.

Pour faire cesser ces phénomènes, on faisait appel au curé. La tradition orale rapporte que les croix implantées dans les campagnes et la sonnerie de l'angélus chassaient les trèvas.

Son

ROBERT ROUQUET

né en 1929 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« Me sovene d'una istoèra de trèvas que me racontava mon pèra, quand èra pus jove, qu'èra lo(g)at, qu'aviá pas que catòrze o quinze ans, a l'epòca.
Dins la bòria, n'i aviá un qu'èra un pauc drollet e pretendiá qu'aviá pas paur de las trèvas.
Un seras, li di(gu)èron :
“Perqu'as pas paur, as pas qu'a-z-anar cercar un barral de vin, aval al vilatge, que deman no'n calrà.”
Pardí, parti(gu)èt e, entre temps, coma i aviá un pontilh a passar, l'anèron esperar amb un dençòl, aval, per i faire paur.
Imagina-te, quand arribèt tornar a la bòria, li di(gu)èron :
“E ben, as pas vist las trèvas aval ?
– O ai ben vist quicòm aval, sul pònt amb un dençòl, mès li t’ai fotut un còp de barral darrèr las aurelhas, l’ai fotut dins lo rèc !”
Parti(gu)èron vite, vite, vite mès l’autre, assucat, s'èra negat dins l'ai(g)a en bas e… »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...