Lo pol e la poma d'aur

Collecté en 2000 Sur la Commune de Monteils Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Il s'agit ici d'une version très originale du conte de "Mitat de Gal".

"Mitat de Gal", "Mitat de Galhon" ou "Mièg-Polet" raconte l'histoire d'un coq (gal, pol) usurpé qui va réclamer son dû à son débiteur. En chemin, il fait des rencontres qui lui seront précieuses.

Ce conte est classé AT 715 dans la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types.

Notre informateur le tient de son grand-père (pairin), Augustin Salingardes, de Monteils.

Les formules de fin de conte, commençant souvent par “Cric-crac mon conte es acabat”, soulignent l'aspect fictif du récit, ferment l'histoire et ramènent l'auditoire à la réalité.

En occitan, le coq se dit gal ou pol.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

GILBERT LAFAGE

né en 1924 à Mas d'Ardennes de Monteils.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp èra, i aviá un pol e èra lo temps ont las bèstias parlavan.
Aquel pol, coma totes los pols, cantava lo matin. E fasiá… Li semblava que fasiá nàisser lo solelh.
Un jorn, lo paure pol s'enrauquèt e podiá pas mai cantar.
Un òme que passava, que veniá del bòrd de la mar, plan lènc, li donèt una poma tot en aur en li di(gu)ent de ne chucar lo chuc, que li esclarciriá lo cais.
Mès, a la plaça de la manjar, lo pol èra talament content d'avere aquela poma d'aur que se'n anava pertot en di(gu)ent :
“Ai una poma d’aur ! M’an donada una poma d’aur !”
I aviá un bordièr que cre(gu)èt reelament que aquel orange èra una poma d'aur e i demandèt :
“Fai-me veire ta poma d’aur…”
Lo pol li donèt la poma d’aur. L’autre la metèt dins sa pòcha e parti(gu)èt.
E lo pol se'n anava en crident un bocin pertot :
“M’an panada ma poma d’aur ! M’an panada ma poma d’aur !”
Tanplan que lo riu que passava l'entendèt e li di(gu)èt :
“E cossí cridas coma aquò ?
– E ben lo bordièr m'a panada ma poma d'aur e sai pas cossí far per la li tornar prene !
– Ben, li di(gu)èt lo riu, te vòli ben adujar mès sai pas cossí far...”
Lo pol li di(gu)èt :
“Ven jos mon ala.”
E lo pol contunhèt, lo riu jos l'ala e trobèt un issam d'abelhas.
Li di(gu)èron :
“Qué t'a arribat, paure pol ?
– E ben i a lo bordièr aquí que m'a panada ma poma d'aur, probablament la me vòl pas tornar, la li vau reclamar mès sai pas cossí far per la recuperar.
– Te volèm ben adujar mès sabèm pas cossí far…
– Fa pas res, di(gu)èt lo pol, venètz jos mon ala !”
Clau(gu)èt l'issam jos l'ala e contunhèt a marchar coma aquò.
I aviá aquí un fuòc qu'avián alucat lo ser e que a pena se lusissiá.
Lo fuòc li demandèt :
“E ben paure pol, qué t'a arribat ?
– I a lo bordièr aquí que m'a panada ma poma d'aur e sai pas cossí far per la li far tornar.
– Ben, di(gu)èt lo fuòc, te vòli ben adujar mès sai pas cossí far...
– Fa pas res, ven jos mon ala !”
E lo fuòc dintrèt jos l'ala del pol coma po(gu)èt mès enfin coma èra tot piètre… Al començament, comencèt a cramar un bocin las plomas. E aquò's per aquò que totes los pols, ara, an de fuòc pertot.
Enfin, arriban a-n-acò del bordièr e i ditz :
“Torna-me ma poma d'aur !
– T'ai pas panada ta poma d'aur ! Qué còntes aquí ? Siás caluc un bocin !
– A soi caluc ? E ben, di(gu)èt a las abelhas, sortètz de mon ala !”
Las abelhas sorti(gu)èron de l'ala. E coma las bèstias fasián causa comuna ambe lo bordièr e que començavan a voler se virar del costat del pol, las abelhas foncèron sul bestial, sus las vacas, suls motons, suls pòrcs. E la reina de l'issam disiá :
“Cercatz jos la coeta sustot ! Jos la coeta !”
Tanplan que totas las bèstias di(gu)èron :
“Cap a la font !”
E lo bordièr, en vegent aquò, assajava ben de las arrestar mès i aviá pas moièn.
Alèra lo pol di(gu)èt al riu :
“Riu, sòrs de mon ala !”
Lo riu sorti(gu)èt de l'ala e comencèt a tot negar dins fèrma, dins la bòria.
Lo bordièr comença a reflechir seriosament.
“Enfin, vòls pas me tornar la poma d'aur ?”
Coma lo bordièr reflechissiá, l'autre di(gu)èt :
“Escota, fuòc, sòrs de mon ala !”
E lo fuòc començava a se dirijar sus la granja ambe lo fen e la palha…
Lo bordièr di(gu)èt :
“Ten, la te tòrni, ta poma d'aur, ten la te tòrni !”
Tot dintrèt dins l'òrdre.
Lo fuòc tornèt se camoflar jos las fuèlhas, las abelhas tornèron al bornhon e l'ai(g)a, lo riu, se'n anèt tornar dins son lièch e lo pol se'n anèt en crident :
“M'an tornada ma poma d'aur ! M'an tornada ma poma d'aur !”
E lo solelh, en entendent aquò, sorti(gu)èt perque èra l'ora de se far veire.

Tot es acabat.

Cric-crac mon conte es acabat ! »
Le coq et la pomme d’or
« Autrefois, il y avait un coq et c’était l’époque où les bêtes parlaient.
Ce coq, comme tous les coqs, chantait le matin. Et il faisait... Il lui semblait qu’il faisait naître le soleil.
Un jour, le pauvre coq s’enroua et il ne pouvait plus chanter.
Un homme qui passait, qui venait du bord de la mer, très loin, lui donna une pomme tout en or en lui disant de n’en sucer que le jus, qu’elle lui éclaircirait la bouche.
Mais, à la place de la manger, le coq était tellement content d’avoir cette pomme d’or qu’il s’en allait partout en disant :
J’ai une pomme d’or ! Ils m’ont donné une pomme d’or !”
Il y avait un métayer qui crut réellement que cette orange était une pomme d’or et il lui demanda :
Fais-moi voir ta pomme d’or...”
Le coq lui donna la pomme d’or. L’autre la mit dans sa poche et il partit.
Et le coq s’en allait en criant un peu partout :
Ils m’ont volé ma pomme d’or ! Ils m’ont volé ma pomme d’or !”
Si bien que le ruisseau qui passait l’entendit et lui dit :
Eh, pourquoi cries-tu comme ça ?
– Eh bien le métayer m’a volé ma pomme d’or et je ne sais pas comment faire pour la lui reprendre !
– Bien, lui dit le ruisseau, je veux bien t’aider mais je ne sais pas comment faire...”
Le coq lui dit :
Viens sous mon aile.”
Et le coq continua, le ruisseau sous l’aile et il trouva un essaim d’abeilles.
Elles lui dirent :
Que t’est-il arrivé, pauvre coq ?
– Eh bien le métayer là m’a volé ma pomme d’or, il ne veut probablement pas me la rendre, je vais la lui réclamer mais je ne sais pas comment faire pour la récupérer.
– Nous voulons bien t’aider mais nous ne savons pas comment faire...
– Ça ne fait rien, dit le coq, venez sous mon aile !”
Il enferma l’essaim sous son aile et il continua à marcher comme ça.
Il y avait là un feu qu’ils avaient allumé le soir qui brillait à peine.
Le feu lui demanda :
“Eh bien pauvre coq, que t’est-il arrivé ?
– Le métayer là m’a volé ma pomme d’or et je ne sais pas comment faire pour la lui faire rendre.
– Bien, dit le feu, je veux bien t’aider mais je ne sais pas comment faire...
– Ça ne fait rien, viens sous mon aile !”
Et le feu entra sous l’aile du coq comme il put mais enfin comme il était tout petit... Au début, il commença à brûler un peu les plumes. Et c’est pour ça que tous les coqs, maintenant, ont de la couleur feu partout.
Enfin, ils arrivent chez le métayer et il lui dit :
Rends-moi ma pomme d’or !
– Je ne t’ai pas volé ta pomme d’or ! Que racontes-tu là ? Tu es un peu fou !
– Ah, je suis fou ? Eh bien, dit-il aux abeilles, sortez de mon aile !”
Les abeilles sortirent de son aile. Et comme les bêtes faisaient cause commune avec le métayer et qu’elles commençaient à vouloir se tourner du côté du coq, les abeilles foncèrent sur le bétail, sur les vaches, sur les moutons, sur les cochons. Et la reine de l’essaim disait :
Cherchez sous la queue surtout ! Sous la queue !”
Si bien que toutes les bêtes dirent :
Vers la fontaine !”
Et le métayer, en voyant ça, essayait bien de les arrêter mais il n’y avait pas moyen.
Alors le coq dit au ruisseau :
Ruisseau, sors de mon aile !”
Le ruisseau sortit de son aile et il commença à tout noyer dans la ferme.
Le métayer commence à réfléchir sérieusement.
Enfin, tu ne veux pas me rendre la pomme d’or ?”
Comme le métayer réfléchissait, l’autre dit :
“Écoute, feu, sors de mon aile !”
Et le feu commençait à se diriger sur la grange avec le foin et la paille...
Le métayer dit :
Tiens, je te la rends, ta pomme d’or, tiens, je te la rends !”
Tout rentra dans l’ordre.
Le feu se camoufla à nouveau sous les feuilles, les abeilles rentrèrent à la ruche et l’eau, le ruisseau, s’en alla à nouveau dans son lit et le coq s’en alla en criant :
Ils m’ont rendu ma pomme d’or ! Ils m’ont rendu ma pomme d’or !”
Et le soleil, en entendant ça, sortit parce qu’il était l’heure de se faire voir.

Tout est achevé.

Cric-crac mon conte est achevé ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...