Lo jòc de l'ase cargat

Collecté en 2000 Sur les Communes de Mounes-Prohencoux, Vabres-l'Abbaye Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pendant les veillées, on pratiquait toutes sortes de jeux traditionnels comme la grola ou la sabata, l'ase cargat, passa-cotelon, le jeu des palhassas

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARIE-LOUISE BARTHÈS

née Durand en 1923 au Cros de Mounès-Prohencoux.

Transcription

Occitan
Français
« Quand èrem joves, fasiem de velhadas, un còp ches un, un còp ches l'autre.
Jo(g)àvem a las cartas e lo que perdiá a las cartas aviá de gatges. Aquò consistava a çò qu'apelàvem l'ase cargat. Se metiá a quatre patas, i bandàvem los uòlhs e, a torn de ròtle, trapàvem tot çò qu'aviem jos la man : una cadièira, una forcheta, un veire, n'impòrta que, quoi. E alara lo li fasiem tocar un bricon pel bot de l'aurelha, lo bot del det e i disiem :
“Devinha de qu'es aquò !”
Èra pas totjorn facile parce que lo li fasiem a pena tocar…
Se devinhava pas, allez, cargàvem l'ase ! I metiem çò que teniam a la man sus l'esquina. Mès que arribava que lo paure puta èra plan cargat abans la fin !
E d'aquí que trapèsse, se cargava sus l'esquina. »
Le jeu de l'âne chargé
« Quand nous étions jeunes, nous faisions des veillées, un coup chez l'un, un coup chez l'autre.
Nous jouions aux cartes et celui qui perdait aux cartes avait des gages. Ça consistait en ce que nous appelions l'âne chargé. Il se mettait à quatre pattes, nous lui bandions les yeux et, à tour de rôle, nous prenions tout ce que nous avions sous la main : une chaise, une fourchette, un verre, n'importe quoi, quoi. Et alors nous le lui faisions toucher un peu du bout de l'oreille, du bout du doigt et nous lui disions :
“Devine ce que c'est !”
Ce n'était pas toujours facile parce que nous le lui faisions toucher qu'à peine…
S'il ne devinait pas, allez, nous chargions l'âne ! Nous lui mettions sur le dos ce que nous tenions à la main. Mais il arrivait que le pauvre bougre soit bien chargé avant la fin !
Et jusqu'à ce qu'il trouve, on lui chargeait le dos. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...