Vue générale, octobre 1999

Collecté en 1999 Sur la Commune de Millau Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vue générale, octobre 1999

La période de la Terreur à Millau (Milhau) se lit en occitan dans l’œuvre de Claude Peyrot.

Louis de BonaldLa population s’affole mais le maire, Louis de Bonald, sut calmer les esprits :
« Tot embabochit, cadun preniá per armas
Tot ce que li veniá davant :
Lo sabre, lo fusilh, la dalha, lo volam,
La destral, lo bigòs e l’aste e la fichoira. (...)
Mercès als soènhs d’un mèra fort abil
Dins un viral de man, Milhau foguèt tranquille. (...)
Mes que te fa Bonald quand apren lo sujet
Que fasiá murmurar tota la populaça :
Se va quilhar sus la crotz de la plaça,
Sul bonur de la patz aquí tant plan parlèt
Que dins d’abòrd tot lo bruch s’acaptèt. »
(d’après Claude Peyrot, transgraphié par Georges Girard)

« Manipulé, chacun s’armait
De tout ce qu’il trouvait :
Le sabre, le fusil, la faux, la faucille,
La hache, le bident, la broche et la fourchette. (...)
Grâce aux soins d’un maire habile
Dans un clin d’œil, Millau se tint tranquille. (…)
Que lit Bonald quand il sut
Ce qui troublait la populace :
Il se percha sur la croix de la place,
Et sut si bien parler de la paix
Que les clameurs se turent. »

Lo colo des trobolhodous a moussu Bounal
En 1790, les travailleurs renouvellent leur confiance au maire qui songe à laisser sa place :
« Saique cresiàs, Moussu lou Mèstre,
D’aro en lai, sons souci, de bous golominà !
Toncàs-bous : ol goubèr bous obèn bist trop dèstre,
Pèr qu’otal bous loissen onà.
Boudriàs trop lèu bous descopèirounà.
N’ojés pas de talos pensados,
Car, pèr lou mens, encaro dos onnados,
Ol mème picodis, per moi ! bous cal tournà :
E s’omb’ocò ne sès pas quite,
Prenès-bou’n’om bostre merite. »
(Graphie francisée)

« Sans doute croyiez-vous, Monsieur le Maître,
Vous défiler sans souci !
Arrêtez-vous : nous vous avons vu trop à l’aise aux affaires,
Pour vous laisser partir ainsi.
Vous voulez trop tôt abandonner la place (laisser le chapeau).
N’ayez pas de telles pensées, Car, au moins encore deux années,
Au même poste, il vous faudra revenir :
Et, si avec ça vous n’êtes pas affranchi,
Prenez-vous en à votre mérite. »

• Coumplimen o moussu de Bonal, maire de Milhau« Bous que del Mèstre Copeirou
Fosès lou pus louaple usache,
Oici sèn, Miquel e Jonou,
Per bous pregà de soufri nostre oumache :
Boulgàs nous faire oquel ounou.
Sèn de lo classo lo pus pauro,
Oco’s bèrtat ; mès sobèn prou
Que, s’estimàs l’ounèste ome senhou,
Mespresàs pas noun plus lou brabe ome que lauro. »
(Graphie francisée)

« Vous qui faites le meilleur usage
Du chaperon (municipal)
Nous, Miquel et Jonou
Veuillez bien nous honorer
En acceptant notre hommage
Nous sommes de la classe la plus pauvre
C’est vrai ; mais nous savons bien
Que, si vous aimez l’honnête homme seigneur
Vous ne méprisez pas l’homme qui laboure. »

L’aure de la Libertat
• Coumplimen d’un fronc potrioto o l’aubre de lo Libertat

Peyrot salue l’arbre de la Liberté qui tardait tant à venir en raison des troubles révolutionnaires :
« Aro dounc te tenèn, oimaplo Libèrtat,
Que to souben, en grond’poumpo onounsado,
Nous poressiòs que de glissado,
Parso que, sus toun drech (quoique pla decretat),
Entre moustrà lou nas, èros countroriado. »
(Graphie francisée)

« Nous te tenons enfin aimable liberté,
Qui fut si souvent annoncée en grande pompe,
Que tu nous paraissais fugace,
Car de ton droit, bien que décrété ,
Dès qu’il montrait le bout de son nez, tu étais frustrée. »

La farandole se met en branle au son du “Ça ira”, avec l’espoir que la liberté servira au rétablissement de l’ordre public :
« Dejà lo forondolo o toun ounou se donso ;
Cadun, pèr fa lo roio, o douplat so pitonso.
E milo gorgolhols fòu sons cesso en corus,
Del fomus Ça ira rounflà lous iatus.
Que benès o pèrpaus orrestà lo licenso
Qu’o, joul noum de to filho, òugut l’impèrtinenso
De faire impunomen, sous criminèls trofics ! »
(Graphie francisée)

«Déjà en ton honneur on danse la farandole ;
Chacun pour faire la fête a bien mangé.
Et mille gorges font sans cesse ronfler en chœur,
Les hiatus du fameux “Ça ira”.
Tu viens bien à propos arrêter les excès
Que l’on a eu, en prenant le nom de ta fille, l’impertinence
De se livrer impunément à des trafics criminels ! »

L’aure de la Fraternitat
• Coumplimen fach o l’aubre de lo Froternitat pèr lo coumuno de Polhas, lou 29 de juin 1793

« Aubre de lo Froternitat,
Que sès bengut dins oqueste bilache
Pèr i mentene l’ordre e lo tronquilitat,
Solut, ounour, joio e sontat ! »
(Graphie francisée)

« Arbre de la Fraternité
Venu dans ce village
Pour y maintenir l’ordre et la tranquillité
Salut, honneur, joie et santé ! »

L’hommage se termine en forme de prière :
« E que, de cent ons, lo pigasso
Noun li toumbe sus lo corcasso !
Otai, belèu, tout que biurò,
De so missiu l’oubrache durorà.
Otai siò. »
(Graphie francisée)

« Que de cent ans
La hache ne le frappe ! Afin que toute sa vie perdure,
L’œuvre de la mission.
Ainsi soit-il. »

Photo

Vue générale, octobre 1999
© Institut occitan de l'Aveyron BEDEL Christian-Pierre

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...