Lo paure Tardon

Collecté en 1992 Sur la Commune de Meljac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le thème de cette chanson est très connu dans l'Agenais. Il ne nous avait pas encore été signalé dans les régions sur lesquelles nous enquêtons : l'Albigeois, le Rouergue, le Quercy, le Lauragais...

Dans la région de Toneins (Lot-et-Garonne), le héros de la chanson a pour nom Gargantua et sa voracité légendaire n'a rien a envier à celle du Paure Tardon, héros de la version présentée ici.

Tous deux, de la même façon, se retrouvent à l'issue de leur ripaille couchés dans un lit auprès d'une chèvre coiffée.

Léon Enjalbert tient cette chanson de son grand-père et paraît être le seul à la connaître dans l'ensemble du canton.

Il n'est pas rare de retrouver, comme c'est ici le cas, des chansons quasiment identiques à plusieurs centaines de kilomètres de distance sans que celles-ci soient connues dans les zones intermédiaires. Cela prouve, si besoin était, que les chansons, comme les airs de danses, pouvaient bénéficier d'une grande mobilité à cause des migrations saisonnières, des déplacements de population, de la conscription, du colportage... (CORDAE)

Son

LÉON ENJALBERT

né en 1914 au Mas Ricard de Meljac.

Transcription

Occitan
Français
« Lo paure Tardon tornent de l’armada, (bis)
Ne mangèt un buòu tot en carbonada, ai !
Que soi ieu malaute, ai paur que morirai !

Lo paure Tardon tornent de l’armada, (bis)
Ne mangèt un pòrc tot en carn salada, ai !
Que soi ieu malaute, ai paur que morirai !

Lo paure Tardon tornent de l’armada, (bis)
Ne mangèt lo pan de tretze fornadas, ai !
Que soi ieu malaute, ai paur que morirai !

N’a manjat lo pan de tretze fornadas, (bis)
N’a begut lo vin de trenta barricas, ai !
Que soi ieu malaute, ai paur que morirai !

Mès quand sosquèt sadol, demandèt palhassa, (bis)
Quand sosquèt al lièit, demandèt sa femna ai !
Que soi ieu malaute, ai paur que morirai !

Li balhèron una cabra coifada, (bis)
Qué diables es aquò ? Aquò n’es pas ma femna, ai !
Que soi ieu malaute, ai paur que morirai !

Ma femna n’a pas còrnas reviradas, (bis)
Ni lo pè forcant, ni la coa levada, ai !
Que soi ieu malaute, ai paur que morirai ! »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...