Lo pastre Toenon

Collecté en 1999 Sur les Communes de Martiel, Morlhon-le-Haut Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les monologues se récitaient souvent à la fin des banquets.

« Dans une conférence faite devant la Société des amis de Villefranche sur le thème "Les premiers poètes patois de Villefranche", Jean Bénazet insiste avec fermeté sur la qualité d'un poème unique, Pessomens del pastre Touènou del Mas de Brosi, d'Alphonse Rouquié (1823-1900).

Je cite Jean Bénazet : "Je ne dirai pas, comme on l'a trop fait, que c'est un chef-d'œuvre, mais, franchement, cette pastorale patoise a une fraîcheur, une naïveté et une mesure dans l'expression des sentiments qui explique et justifie en grande partie l'enthousiasme avec lequel nos compatriotes contemporains de l'auteur, pour la plupart ignorant des chefs-d'œuvre, le mot est ici à sa place, que la poésie provençale avait produit dans la vallée du Rhône, accueillirent cette idylle d'un Théocrite villefranchois. » (Extrait de "Ecrits villefranchois", d'après Guy Cavagnac, dans Pages d'histoire villefranchoise : la Belle-Epoque, MSAVBR, 1992)

L'allusion de Paulin Marty aux "Pessaments del pastre Toenon" né à Dauquièrs, parròquia de Morlhon, nous fournit un élément de datation pour cette œuvre populaire intéressante par son contenu ethnographique et linguistique.

« Prèngués pas mal mo folourdétchodio, Dé tous "péssoménts" mé soubéni ; Mais té bourrio fa riré, sé poudio, Et séraï fièr sé li éndébéni. 18 juin 1884. » (Extrait de "Ol pastré Touénou", par Paulin Marty, dans Poésies patoises, t. 1, 1900)

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PIERRE (HONORÉ) SAVIGNAC

né en 1905 au Pèg d'Euvas de Martiel.

Transcription

Occitan
Français
« Soi nascut a Dauquièrs, parròquia de Morlhon.
Cresi d’aver vint ans e me sònan Toenon.
N’ai pas jamai sachut d’aver cap de paire.
N’ai pas jamai sentit los potons d’una maire.
M’an dich mème qu’un jorn, bèl coma un gran de milh,
M’avián trobat tot nud jos un pè de persilh.
Lo campanièr me portèt a La Vila,
Dins aquel grand ostal fach per èstre l’asile
Dels malaudes, dels vièlhs, dels paures mainats
Que degús vòl pas préner e que son abandonats.
Quand agèri dètz ans d’aquí me sorti(gu)èron,
E dins aqueste mas, per pastre me lo(gu)èron.
Lo mèstre èra un valent, un borrèu de trabalh.
“Vòli pas, nos disiá, de fenhants a l’ostal !”
Atanben, sabètz, los vailets, nos teniam a la re(g)a,
Sachent que per un res nos auriá cercat bre(g)a.
Dins lo mème mas, dins lo vesinatge,
I aviá la filha d’un pagés a pus près de mon age,
Que totcòp quand delargavi mon tropèl,
De darrèr lo carrèu me gitava un còp d’èlh.
Èra pas, se volètz, precisament polida,
Mès m’agradava a ieu.
Un jorn mème me fa(gu)èt signe ambe sa maneta
Qu’èra tota soleta.
Jutjatz se sia(gu)èri lèu montat dins sa cambreta…
“T’aimi, çò me di(gu)èt, t’aimi mon Toenon,
E per z'o te provar laissa-te far un poton.”
Amb aquela paraula, tot mon sang se troblèt,
Vegèri mila lums.
Se m’èri pas retengut,
Cresi qu’auriái emblaimat,
Del troble que me fa(gu)èt lo plaser d’èstre aimat.
Cresi qu’aquò durèt cinc o sièis meses.
Mès, un jorn, una d’aquelas sèrps, bestial que val pas gaire,
Que n'an pas d'autre mestièr aital que d’èstre cancanièras,
Di(gu)èron a sa maire :
“A(g)acha que avèm vist lo pastre Toenon per la pèça barrada,
Qu’escupissiá pas pels pòts de la teuna Treson…
Al jorn de duèi un malur es tan viste arribat !”
Atanben, a partir d’aquel jorn, la tenguèron sequestrada.
Pas moien de se tornar veire,
Pas moien de se tornar trobar,
Res que lo dimenge a la messa.
M’agacha, me sonritz, a l’aire de me dire :
“Patissi coma tu de nòstre grand malur…”
S’èri riche o instruit, me fariái tot de suita
Capelan, capucin, trapista o jesuita,
Mès pastre soi nascut, pastre me caldrà morir
E mon cur serà teun, Treson, dusca a la fin. »
Le berger Toinou
« Je suis né à Dauquiers, paroisse de Morlhon.
Je crois avoir vingt ans et on m’appelle Toinou.
Personne ne m'a jamais dit que j'avais un père.
Je n’ai jamais senti les baisers d’une mère.
On m’a même dit qu’un jour, gros comme un grain de maïs,
On m’avait trouvé tout nu sous un pied de persil.
Le sonneur m'amena à Villefranche,
Dans cette grande maison faite pour être l’asile
Des malades, des vieux, des pauvres enfants
Que personne ne veut recueillir et qui sont abandonnés.
Quand j’eus dix ans, on me sortit de là,
Et on me plaça dans ce hameau comme berger.
Mon maître était un vaillant, un bourreau de travail.
“Je ne veux pas, nous disait-il, de fainéants chez moi !”
Aussi, vous savez, les domestiques, nous nous tenions à carreau,
Sachant qu’il nous aurait cherché des noises pour un rien.
Dans le même hameau, dans le voisinage,
Il y avait une fille d’un propriétaire à peu près de mon âge,
Qui parfois quand sortais mon troupeau,
Me jetait un coup d’œil de derrière la vitre.
Elle n’était pas, si vous voulez, précisément jolie,
Mais elle me plaisait.
Un jour même elle me fit signe avec sa main
Qu’elle était toute seule.
Jugez si je fus vite monté dans sa petite chambre...
“Je t’aime, me dit-elle, je t’aime mon Toinou,
Et pour te le prouver, laisse-moi te donner un baiser.”
Avec cette parole, tout mon sang se troubla,
Je vis mille lumières.
Si je ne m’étais pas retenu,
Je crois que je me serais évanoui,
Du trouble que me causa le plaisir d’être aimé.
Je crois que cela dura cinq ou six mois.
Mais, un jour, un de ces serpents, bétail qui ne vaut pas grand-chose,
Qui n’ont d’autre occupation que d’être cancanières,
Dirent à sa mère :
“Regarde, nous avons vu le berger Toinou dans le pré fermé,
Qui ne crachait sur les lèvres de ta Thérèse...
Aujourd’hui un malheur est si vite arrivé !”
Aussi, à partir de ce jour, ils la tinrent séquestrée.
Pas moyen de se revoir,
Pas moyen de se retrouver,
Seulement le dimanche à la messe.
Elle me regarde, me sourit, elle semble me dire :
“Je souffre comme toi de notre grand malheur...”
Si j’étais riche ou instruit, je me ferais tout de suite
Prêtre, capucin, trappiste ou jésuite,
Mais berger je suis né, berger il me faudra mourir
Et mon cœur sera à toi, Thérèse, jusqu’à la fin. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...