Joan lo Bèstia

Collecté en 2000 Sur la Commune de Martiel Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

De nombreux contes mettent en scène des simples d'esprit à qui il arrive de multiples mésaventures. En Rouergue, cet anti-héros se nomme généralement Joan lo Bèstia, Joan lo Nèci, Tòni, Toèna ou bien encore Joan-Joan, c'est-à-dire Jean ou Antoine.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Georges GAMEL

né en 1919 à Laumière de Martiel.

Transcription

Occitan
Français
« Lo dròlle, sa maire li fasiá far las comissions. L'envoiava… Tot còp que caliá qu'o ane quèrre.
Alèra li di(gu)èt :
“Vai-te'n me quèrre un pòrc a la fièra e lo menaràs.”
Anèt a la fièra, crompèt un pòrc e lo fotèt sus l'esquina. Mès que, quand arribèt, ne podiá pas plus, susava, lo paure.
Çò di(gu)èt :
“M'as comandat de anar quèrre un pòrc a la fièra mès que me pesava, èra ora qu'arribèssi, sabes !
– A… mès, la siá maire li di(gu)èt, lo te caliá pas portar, lo te caliá far córrer ! Lo te caliá estacar amb un cordon e lo far córrer !
– Bòn, un autre còp lo farai.”
Alèra après li di(gu)èt :
“Vai-te'n me quèrre la pairòla per lo fondre, per far los gratons, al vilatge, la te prestaràn.
– Bòn, li vau anar.”
Alèra demandèt aquela pairòla per far los gratons. La li bailèron, l'estaquèt per la quèrba amb lo cordon e, al lòc de la fotre sus l'espatla, la ressolèt tot lo camin…
Quand sia(gu)èt a l'ostal, èra traucada… »
Jean le Bête
« Le garçon, sa mère lui faisait faire les commissions. Elle l'envoyait… Il fallait qu'il aille chercher tout ce qu'il fallait.
Alors elle dit :
“Va-t’en me chercher un cochon à la foire et tu le ramèneras.”
Il alla à la foire, acheta un cochon et le mit sur son dos. Mais, quand il arriva, il n'en pouvait plus, il transpirait, le pauvre.
Il dit :
“Tu m'as commandé d'aller chercher un cochon à la foire mais il me pesait, il était temps que j'arrive, tu sais !
– Oh… mais, lui dit sa mère, il ne te fallait pas le porter, il te fallait le faire courir ! Il te fallait l'attacher avec un cordon et le faire courir !
– Bon, une autre fois je le ferai.”
Alors après elle lui dit :
“Va-t'en me chercher le chaudron pour faire fondre les fritons, au village, ils te le prêteront.
– Bon, je vais y aller.”
Alors il demanda ce chaudron pour faire les fritons. Ils le lui donnèrent, il l'attacha à l'anse avec un cordon et, au lieu de le mettre sur l'épaule, il le traîna tout le long du chemin…
Quand il fut à la maison, il était troué… »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...