Vendenhar, los oires

Collecté en 2000 Sur les Communes de Marcillac-Vallon, Salles-la-Source Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans le vallon de Marcillac on vendangeait (vendenhar) avec un panier que l’on portait sur les épaules, soutenu par un coussin, lo panièr carrejador.

On fabriquait des outres (oires) en peau de chèvre pour le transport du vin. En occitan, ce nom est du genre masculin. Les outres contenaient entre 50 et 60 litres de vin.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PIERRE CARLES

né en 1930 à Marcillac.

Transcription

Occitan
Français
« E caliá davalar totes los rasims sus l'esquina. Un bon carrejaire a l'epòca, qu'apelavan, arribava a far dotze viatges per jorn. Davalava una barrica de vin. Aquò ne fasiá pas mal parce que caliá montar dotze còps al cap del puèg.
Se vesètz en faça avètz lo Puèg del Cailar, alà, i avètz… Aquò's pas que de triangles. E ben d'a la cima, lo portavan al mièg de Marcilhac. Vos garantisse que quand o aviatz fach dotze còps, aquò, erètz arrendut, lo ser.
En principe tot lo vin se portava amb d'oires e alara profitavan cad'an de la sason de vendénhas per tuar una cabra e per far un oire. E, ambe la carn de la cabra, ne pensavan los vinhairons.
Alara los carrejaires avián drech a las gigas e los vendenhaires elses avián drech a las costèlas e a las carròtas. E lo carrejaire aviá un bocin de vin pur parce que anava portar lo vin a la cava, lo panièr a la cava, aquò fa que se servissiá. E los vendenhaires avián pas que de piqueta.
M'enfin pareis que… Las ai pas vistas aquelas vendénhas, mès tot lo monde cantava, aquò èra formidable.
Li aviá prossa junessa dins lo país e anavan… Ne veniá del causse atanben. Davalavan del causse per far un sadol de rasims e pièi buvián un bocin de vin, mai que d'abituda, quand mème. Se desbrolhavan, ne trobavan. Enfin lo causse veniá vendenhar. Aquò èra sustot per tornar prene una guirbada de rasims. »
Vendanger, les outres
« Et il fallait descendre tous les raisins sur le dos. Un bon porteur à l’époque, comme ils disaient, arrivait à faire douze chargements par jour. Il descendait une barrique de vin. Ça en faisait pas mal parce qu’il fallait monter douze fois au bout de la colline.
Si vous voyez en face vous avez le Puech du Cayla, là-bas, vous avez... Ce ne sont que des triangles. Eh bien de la cime, ils le portaient au milieu de Marcillac. Je vous garantis que quand vous l’aviez fait douze fois, ça, vous étiez épuisé, le soir.
En principe tout le vin était transporté avec des outres et alors ils profitaient tous les ans de la saison des vendanges pour tuer une chèvre et pour faire une outre. Et, avec la viande de la chèvre, ils nourrissaient les vignerons.
Alors les porteurs avaient droit aux gigots et les vendangeurs eux avaient droit aux côtes et aux carottes. Et le porteur avait un peu de vin pur parce qu’il allait porter le vin à la cave, le panier à la cave, ça fait qu’il se servait. Et les vendangeurs n’avaient que de la piquette.
Mais enfin il paraît que... Je ne les ai pas vues ces vendanges, mais tout le monde chantait, c’était formidable.
Il y avait assez de jeunesse dans le pays et ils allaient... Il en venait du causse aussi. Ils descendaient du causse pour manger beaucoup de raisins et puis ils buvaient un peu de vin, plus que d’habitude, quand même. Ils se débrouillaient, ils en trouvaient. Enfin le causse venait vendanger. C’était surtout pour reprendre un panier de raisins. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...