Sant-Borron de Marcilhac

Collecté en 2002 par IOA Sur les Communes de Marcillac-Vallon, Nauviale, Salles-la-Source Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le lundi de Pentecôte, Marcillac fête la Saint-Bourron (Sant-Borron, borre, borron signifiant bourgeon) avec, notamment, une messe à Notre-Dame de Foncourieux.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

CARLES PIERRE, BOUSQUET PIERRE, SAGNES HENRI

né en 1930 à Marcillac ; né en 1915 au Luc Bas de Nauviale ; né en 1931 au Pont de Salles la Source.

Transcription

Occitan
Français
« Reelament aquò èra la granda fèsta. N'i aviá mai d'un que patissiá a tornar a l'ostal lo ser… M'enfin bon. Alara lo matins… Aquò èra lo luns mès pas lo diminge. Lo jorn de Pentacosta èra pas Sent-Borron, lo jorn de Pentacosta èra Pentacosta, lo lendeman èra Sent-Borron.
Lo luns, lo matins, anavan a la messa e pièi partián en grope a Cachafais, l'apelavan Cachafais. Aquò vòl dire que passavan… D'aicí se vei, aquò's darrèr aquel còl daurat, alà, que l'òm vei, après la glèisa. Aquò's un prat e anavan aquí. Aquí i aviá de taulas, i aviá de fo(g)assa e de vin. Alara manjavan, buvián, manjavan de fo(g)assa e dançavan la borrèia, e cantavan un après l'autre. Lo que cantava melhor èra lo pus fòrt. Enfin… Aquò èra la fèsta e tornavan davalar en cantent et voilà. E pièi aprèssa anavan despartinar. Totes avián fach un bocin de despartin un bocin melhor, avián invitat sovent de parentat e, lo ser, anavan biure un cafè, fasián la vòta.

– Aquel jorn e ben i demoràvem entrò mièjanuèch. Començàvem per anar a la messa, après la messa tornàvem manjar a l'ostal e aprèssa, l'après-miègjorn, nos passejàvem dins Marcilhac.
Los anciens portavan una soca, pas los joves, los joves subtàvem darrèr la procession. Aquò èra los vièlhs que portavan la soca sus l'espatla.

– A ben aquí aquò's lo borron, aquò's la Sent-Borron. Aquò's lo nom de la fèsta, la Sent-Borron de Marcilhac.
I a una granda fèsta, aquí. Aquò's la fèsta del saumancés. L'AOC Marcilhac pren de renommada ara un pauc pertot. Mès se fasiá un pauc dins lo mème afaire quand mème. Aquò èra un pauc lo mème afaire. La messa a Font-Corrius e pièi bòn aicí la degustacion, aicí. Coma i aviá pas l'apellacion a-n-aquel moment, aquò donava pas tant d'importença a-n-aquela manifestacion quand mème. Aquò's totjorn coma una sòrta de… coma un pele(g)rinatge perque quand pièi sèm estats a Font-Corrius, a la messa, e ben normalament deviá pas pus jalar après. Aquò èra un bocin de garantida que la vinha pièi arribèssa a bon terme, a bona produccion.
Non, la messa es una messa normala, enfin ara ambe l'AOC, ara aquò fa una benediccion del vin tanben, de la fo(g)assa, aquò aumenta la valor de la messa un pauc.
Mès la fèsta a pres un sens mai sul vin, pardí, perque aquò's l'AOC ara. Autrament la fèsta populara, la fèsta foraine es un pauc la mèma, quoi. M'enfin aquò diminua un bocin quand mème perque los bals ara son pas los mèmes qu'un còp èra, ara aquò's los joves ambe lors danças modèrnas. Es pas totes los bals musetas qu'avèm conescuts nautres.

“Per que lo vin d’aquel valon,
Garde totjorn son vièlh renom,
I a pas qu’un plant que nos convenga,
Un plant francés,
Que l’apelèm dins nòstra lenga
Lo saumancés,
Lo saumancés.

Lo saumancés a bèla ardor,
E sa sentor es una flor,
E qu'es claret dins la botelha,
Son linde sang,
Cap de país ni cap de trelha,
N'a de pus franc,
N'a de pus franc.

Aquò’s quicòm de delicat,
Cald e timbrat, a mon agrat,
Una caressa que camina
Per l’estomac,
Lo vin de la tèrra salina
D'a Marcilhac,
D'a Marcilhac.

Aquel qu’a facha la cançon
Èra un garçon plan sans faiçon,
Davant la pòrta l’a fargada,
Al polit mes,
Tot en bu(gu)ent quauqua tassada
De saumancés,
De saumancés.” »
Le Saint-Bourrou de Marcillac 2002
« Réellement c’était la grande fête. Il y en avait plus d’un qui avait du mal à rentrer à la maison le soir... Mais enfin bon. Alors le matin... C’était le lundi mais pas le dimanche. Le jour de Pentecôte ce n’était pas la Saint-Bourrou, le jour de Pentecôte c’était Pentecôte, le lendemain c’était la Saint-Bourrou.
Le lundi, le matin, ils allaient à la messe et puis ils partaient en groupe à Cachefais, ils appelaient ça Cachefais. Ça veut dire qu’ils passaient... D’ici on le voit, c’est derrière ce col doré, là-bas, qu’on voit, après l’église. C’est un pré et ils allaient là. Là il y avait des tables, il y avait de la fouace et du vin. Alors ils mangeaient, ils buvaient, ils mangeaient de la fouace et ils dansaient la bourrée, et ils chantaient l’un après l’autre. Celui qui chantait le mieux était le plus fort. Enfin... C’était la fête et ils redescendaient en chantant et voilà. Et puis ensuite ils allaient déjeuner. Ils avaient tous fait un petit déjeuner un peu meilleur, ils avaient souvent invité des parents et, le soir, ils allaient boire une café, ils faisaient la fête.

– Ce jour-là, eh bien nous y restions jusqu’à minuit. Nous commencions par aller à la messe, après la messe nous revenions manger à la maison et ensuite, l’après-midi, nous nous promenions dans Marcillac.
Les anciens portaient un cep, pas les jeunes, les jeunes nous suivions derrière la procession. C’était les vieux qui portaient le cep sur l’épaule.

– Eh bien là c’est le bourgeon, c’est la Saint-Bourrou. C’est le nom de la fête, la Saint-Bourrou de Marcillac.
Il y a une grande fête, là. C’est la fête du mansois. L’AOC Marcillac prend de la renommée maintenant un peu partout. Mais ça se faisait un peu dans le même truc quand même. C’était un peu le même truc. La messe à Fontcourrieu et puis bon ici la dégustation, ici. Comme il n’y avait pas l’appellation à ce moment-là, ça ne donnait pas tant d’importance à cette manifestation quand même. C’est toujours comme une sorte de... comme un pèlerinage parce que quand ensuite nous avons été à Fontcourrieu, à la messe, eh bien normalement il ne devait plus geler ensuite. C’était un peu la garantie que la vigne ensuite arriverait à bon terme, à bonne production.
Non, la messe est une messe normale, enfin maintenant avec l’AOC, maintenant il fait une bénédiction du vin aussi, de la fouace, ça augmente la valeur de la messe un peu.
Mais la fête a pris un sens plus sur le vin, bien sûr, parce que c’est l’AOC maintenant. Autrement la fête populaire, la fête foraine est un peu la même, quoi. Mais enfin ça diminue un peu quand même parce que les bals maintenant ne sont pas les mêmes qu’autrefois, maintenant ce sont les jeunes avec leurs danses modernes. Ce ne sont pas tous les bals musettes que nous avons connus nous.

“Pour que le vin de ce vallon,
Garde toujours son vieux renom,
Il n’y a qu’un plant qui nous convienne,
Un plant français,
Que nous appelons dans notre langue,
Le mansois,
Le mansois.

Le mansois a belle ardeur,
Et sa senteur est une fleur,
Et qu’il est clair dans la bouteille,
Son sang limpide,
Aucun pays ni aucune treille,
N’en a de plus franc,
N’en a de plus franc.

C’est quelque chose de délicat,
Chaud et timbré, à mon gré,
Une caresse qui chemine
Par l’estomac,
Le vin de la terre saline
De Marcillac,
De Marcillac.

Celui qui a fait la chanson
Était un garçon bien sans façon,
Devant la porte il l’a composée,
Au joli mois,
Tout en buvant quelque tasse
De mansois,
De mansois.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...