Lo trabalh de nuèch

Collecté en 2001 Sur les Communes de Marcillac-Vallon, Pruines, Rodez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Afin de gagner assez d'argent pour vivre, on devait parfois cumuler plusieurs emplois.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LUCIENNE ET RAYMOND CARRATIÉ

née Lantuech en 1921 à Pruines ; né en 1924 à Rodez.

Transcription

Occitan
Français
« Bòn. E ben aquò èra lo papanon que, quand èra jove, per ganhar sa vida, lo jorn anava trabalhar chas quauqu'un, a Sòrp, aval per exemple, e pièi la nuèch, quand fasiá luna…
Ne virèt aquel jorn que anèt missonar e alara pièi fasiá luna, se carrava de missonar, pièi di(gu)èt :
“Abans de partir, vau estacar la gavèla.”
Fasián amb un li(g)ador per estacar la gavèla. Alara fasiá… Coma aviá pas d'esclòps, que èra tot pè nud, pren la gavèla ambe lo pè per dejóst e vegèt sortir quicòm de tot ponchut, aquí, di(gu)èt :
“Ten, puta que i a una sèrp !”
Mas que, creseguèt qu'aquò sia(gu)èsse una sèrp, aquò èra lo siu artelh, e li fotèt un còp de li(g)ador.
Et voilà.
Aquò èra per trabalhar que fasiá aquò, trabalhava la nuèch, e que se fa(gu)èt mal, pardí…
– Anavan trabalhar de còps…
– Avián pas d'esclòps.
– Chas quauqu'un per ganhar quauques sòus lo jorn e pièi, la nuèch, fasián lo trabalh. Avián pas un bèl ben, avián pas un trabalh enòrme e ne fasián de bèls tròces coma aquò la nuèch, fasián lor trabalh.
– Esparnhavan los esclòps.
– Marchavan totes descalçs.
– Los prenián per anar al trabalh e pièi, quand èran al trabalh, los quitavan e los tornavan metre per tornar partir. Esparnhavan los esclòps.
– I aviá pas d'argent a l'epòca…
– Mès n'i a un briu d'aquò !
– E oèi… »
Le travail de nuit
« Bon. Eh bien c’était mon pépé qui, quand il était jeune, pour gagner sa vie, le jour allait travailler chez quelqu’un, à Sorps, là-bas par exemple, et puis la nuit, quand il y avait la lune...
Il se trouva que ce jour il alla moissonner et alors ensuite il y avait la lune, il se plaisait à moissonner, puis il dit :
“Avant de partir, je vais attacher la javelle.”
Ils faisaient avec un bâton pour attacher la javelle. Alors il faisait... Comme il n’avait pas de sabots, qu’il était pieds nus, il prend la javelle avec le pied par dessous et il vit sortir quelque chose de tout pointu, là, il dit :
“Tiens, putain, il y a un serpent !”
Mais, il crut que c’était un serpent, c’était son orteil, et il lui mit un coup de bâton à lier.
Et voilà.
C’était pour travailler qu’il faisait ça, il travaillait la nuit, et il se fit mal, bien sûr...
– Ils allaient travailler parfois...
– Ils n’avaient pas de sabots.
– Chez quelqu’un pour gagner quelques sous le jour et ensuite, la nuit, ils faisaient le travail. Ils n’avaient pas une grande propriété, ils n’avaient pas un travail énorme et ils en faisaient de gros morceaux comme ça la nuit, ils faisaient leur travail.
– Ils économisaient les sabots.
– Ils marchaient pieds nus.
– Ils les prenaient pour aller au travail et puis, quand ils étaient au travail, ils les quittaient et ils les remettaient pour repartir. Ils économisaient les sabots.
– Il n’y avait pas d’argent à l’époque...
– Mais il y a un moment de ça !
– Eh oui... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...