Lo missant sòrt

Collecté en 2001 par IOA Sur les Communes de Marcillac-Vallon, Rodez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans tous les pays et à toutes les époques, les jeteurs de sorts et autres emmascaires, empatufaires ou devinhaires ont fait partie de la sociabilité locale.

Il existait plusieurs techniques pour se protéger des sorciers : porter un vêtement à l'envers, faire cuire des clous, frapper un mannequin représentant le jeteur de sorts, réciter une formule, porter plusieurs couvre-chefs à la fois…

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Raymond CARRATIÉ

né en 1924 à Rodez.

Transcription

Occitan
Français
« L'òm se'n soven pas ara bien, lo pèra n'aviá ajut parlat mès…
Parlavan de gitar lo missant sòrt mès me sovene pas, ieu, aquí, plan de que disiá.
– En principe aquel monde èran pas aimats dels autres, èran pas… Los aimavan pas.
– Enfin de còps benlèu èran acusats a tòrt. Aquò's pas per çò qu'arribava un malur dins una familha qu'aquò èra quauqu'un qu'aviá gitat lo missant sòrt. Benlèu, aquò èra un dicton que fasián portar lo tòrt a-n-aquel monde… Aquò's pas se(g)ur que… Aquò èra un bocin benlèu d'amaginacion de monde, quoi, atanben.
Me sovene pas, lo pèra n'aviá ajut parlat, d'aquelas sorcièiras tot aquò mès me sovene pas. Benlèu nos disián de qu'avián ajut fach mès me'n sovene pas, aquí pòde pas vos dire, me'n sovene pas. »
Le mauvais sort
« On ne s’en souvient pas trop maintenant, mon père en avait eu parlé mais...
Ils parlaient de jeter le mauvais sort mais je ne me souviens pas, moi, là, bien de ce qu’il disait.
– En principe ces gens n’étaient pas aimés des autres, ils n’étaient pas... Ils ne les aimaient pas.
– Enfin parfois ils étaient peut-être accusés à tort. Ce n’est pas parce qu’il arrivait un malheur dans une famille que c’était quelqu’un qui avait jeté le mauvais sort. Peut-être, c’était un dicton qui faisait porter le tort à ces gens... Ce n’est pas sûr que... C’était un peu peut-être de l’imagination des gens, quoi, aussi.
Je ne me souviens pas, mon père en avait eu parlé, de ces sorcières tout ça mais je ne me souviens pas. Ils nous disaient peut-être ce qu’ils avaient eu fait mais je ne m’en souviens pas, là je ne peux pas vous dire, je ne m’en souviens pas. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...