Lo lauraire

Collecté en 2001 par IOA Sur la Commune de Marcillac-Vallon Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson a été publiée par les frères Gaston (1879-1940) et Gustave (1881-1942) Bessière de Marcillac-Vallon dans Consous del Roergue avec la note suivante :

« Cette chanson fut créée aux soirées de la Veillée d'Auvergne par notre compatriote et ami Emile Deniau (de la "Bonne Chanson"). »

L’antique araire (araire, alaire) était d’un usage courant qui s’est maintenu jusqu’au milieu du XXe siècle. Vinrent ensuite les charrues simples (Dombasle) et les charrues Brabant simples (brabanetas) et doubles (brabants).

Son

RAYMOND BOU

né en 1926 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« L’estolha es gibrada, a !
La bèla jornada, a !
La bèla jornada que va faire,
Quante plaser de butar l’alaire,
E de cantar.

La glèba es pro dura, a !
Mès, s’aquel temps dura, a !
Mès s’aquel temps dura una setmana,
Poirem passar l’èrsa per la plana,
E semenar.

Dins aquesta comba, a !
Tot gran que li tomba, a !
Tot gran que li tomba ne val trenta,
Que la fromental serà plasenta,
A missonar.

Arriba que plante, a !
E que totjorn cante, a !
E que totjorn cante l’alauseta,
Pus naut que son vòl sa cançoneta,
Sembla montar.

Al camp de La Faja, a !
La cançon s’es facha, a !
Per un fin batièr que dombaslava,
Tot còp l’atelatge s’arrestava,
Per l’escotar. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...