Lo jòc de l'uòu

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Marcillac-Vallon, Salles-la-Source Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

On organisait des veillées pour décortiquer les noix (desnogalhar). Ces veillées permettaient de se retrouver en famille, souvent avec des voisins, et de se divertir avec des chants, des contes, des jeux et des danses.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PIERRE CARLES

né en 1930 à Marcillac.

Transcription

Occitan
Français
« Quand desno(g)alhavan, fasián de jòcs e n'i aviá totjorn un que èra pas tan desgordit coma los autres alara totjorn i fasián una farça. Alara avián un jòc…
Di(gu)èron :
“Sabes pas ? Cal estremar un uòu… Vam jo(g)ar a l'uòu. Alara metes un uòu, estrema-lo sus tus e i a tres còps per lo te trobar, ont l'as plaçat.”
Alara va bien.
Di(gu)èron :
“Tus vas començar !” Lo pus bèstia.
I donèron un uòu coat e li di(gu)èron :
“Veja, sabes pas ? – l'autre s'anèt rescondre, que vegèsse pas res – lo te cal metre jol capèl !”
Aquò èra bien dich, de lo metre jol capèl.
“Aquí lo te poiràn pas trobar !”
Lo que lo duviá trobar arriba, comença a lo paupar per las pòchas.
“L'as pas aquí. L'as pas aquí. Pourvu que siaga pas aquí !”
I te dòna un brava còp de ponh sul capèl, i crinca los uòus sul cap !
Et voilà, e risián. Aquò la farça d'un còp èra. Enfin, per aquel que aquò li arribava, aquò èra pas interessent… »
Le jeu de l’œuf
« Quand ils écalaient les noix, ils faisaient des jeux et il y en avait toujours un qui n’était pas aussi dégourdi que les autres alors ils lui faisaient toujours une farce. Alors ils avaient un jeu...
Ils dirent :
“Tu ne sais pas ? Il faut cacher un œuf... Nous allons jouer à l’œuf. Alors tu mets un œuf, cache-le sur toi et il y a trois coups pour le trouver, où tu l’as placé.”
Alors ça va.
Ils dirent :
“Tu vas commencer !” Le plus bête.
Ils lui donnèrent un œuf couvé et ils lui dirent :
“Vois, tu ne sais pas ? – l’autre alla se cacher, pour qu’il ne voie rien il te faut le mettre sous ton chapeau !”
C’était bien dit, de le mettre sous le chapeau.
“Là, ils ne pourront pas le trouver !”
Celui qui devait le trouver arrive, il commence à le palper sur les poches.
“Tu ne l’as pas là. Tu ne l’as pas là. Pourvu qu’il ne soit pas là !”
Il lui donne un grand coup de poing sur le chapeau, il lui casse les œufs sur la tête !
Et voilà, et ils riaient. C’était la farce d’autrefois. Enfin, pour celui à qui ça arrivait, ce n’était pas intéressant... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...