Lo filloxèra e lo mildiu

Collecté en 2000 Sur les Communes de Marcillac-Vallon, Salles-la-Source Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans le Vallon de Marcillac on allait à Notre-Dame de Foncourrieu pour protéger les vignes des maladies.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Pierre CARLES

né en 1930 à Marcillac.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp èra, quand i agèt lo filloxèra e lo mildiu, cada familha envoiava quauqu'un, certens a Lordas, los qu'avián d'argent, los autres a Fòntcorrius per anar asorar la Senta-Vièrja per los parar de la nèbla mès aquò li fasiá pas gaire.
I aviá lo vesin, aquí, el, que un jorn que i anavan, lor di(gu)èt :
“Ont partètz atal ?”
Di(gu)èron :
“Vam asorar.”
Asorar, volián dire adorar m'enfin disián asorar.
E alara lor di(gu)èt :
“E cresètz qu'aquò vos i farà, aquò ?”
Parce que èra pas tròp devociós, el…
“A… A… Lo Bon Diu nos entendrà ben chai ques…”
E alara el lor fa(gu)èt :
“Valriá mai que prengèssetz una pompa e qu'anèssetz sulfatar !”
E benlèu aviá rason m'enfin aquò's atal… »
Le phylloxéra et le mildiou
« Autrefois, quand il y eut le phylloxéra et le mildiou, chaque famille envoyait quelqu’un, certains à Lourdes, ceux qui avaient de l’argent, les autres à Fontcourrieu pour aller faire une dévotion à la Sainte Vierge pour les protéger du brouillard mais ce n’était pas très efficace.
Il y avait le voisin, là, lui, qui un jour qu’ils y allaient, leur dit :
“Où partez-vous ainsi ?”
Ils dirent :
“Nous allons faire une dévotion.”
Asorar, ils voulaient dire adorarmais enfin ils disaient asorar.
Et alors il leur dit :
“Et vous croyez que ça aura un effet, ça ?”
Parce qu’il n’était pas trop dévotieux, lui...
“Ah... Ah... Le Bon Dieu nous entendra bien peut-être...”
Et alors il leur fit :
“Il vaudrait mieux que vous preniez une pompe et que vous alliez sulfater !”
Et peut-être avait-il raison mais enfin c’est ainsi... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...