Lo Drap en fial

Collecté en 2001 par IOA Sur les Communes de Marcillac-Vallon, Pruines Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le Drac ou Drap est un personnage fantastique parfois farceur ou moqueur, souvent inquiétant. Il avait la faculté de se transformer en animal ou en objet. Esprit aquatique chez les Romains, on disait qu'il était le fils du Diable.

L’histoire de la jeune fille se confectionnant une robe avec du fil trouvé par hasard (en fait le Drap transformé en fil) et voyant sa robe se découdre en rentrant dans une église, est assez répandue en Rouergue.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LUCIENNE CARRATIÉ

née Lantuech en 1921 à Pruines.

Transcription

Occitan
Français
« E ben aquò èra una filha que aviá crompat de petaç per far una rauba mas que trobava pas ges de fial per far aquela rauba e èra demorada coma aquò.
Un jorn, en anent a la messa, pel camin, trobèt un polit escaut de fial e juste aquel fial èra de la color de la rauba, d'aquel petaç qu'aviá crompat. Alara l'amassèt, lo prenguèt e, quand arribèt a l'ostal di(gu)èt a la mèra, di(gu)èt :
“Sabes pas de qué ai trobat pel camin ? Veja s'ai trobat de polit fial !
– E ben, di(gu)èt, ara poiràs far la rauba.”
Fa(gu)èt aquela rauba e, lo diminge d'après, la prenguèt a la messa, aquela rauba.
Bòn, tranquillament. Quand arriba a la messa, pren d'ai(g)a benesida, fa lo signe de la crotz, tot d'un còp se trachèt que la rauba tombava a tròces e tombèt carrament per tèrra. Lo fial, sabiá pas pus end èra passat lo fial… E se sauvèt, tornèt partir a l'ostal.
Quand arribèt a l'ostal la mèra li di(gu)èt :
“Mès pardí, aquel fial, aquò èra lo fial del Drap ! Quand as fach lo signe de la crotz es partit !”
Et voilà.
Aquò èra la paura mèra qu'o contava. La paura mèra, quantes de còps o aviá contat, d'aquel fial ! »
Le Drap en fil
« Eh bien c’était une fille qui avait acheté du tissu pour faire une robe mais elle ne trouvait pas du tout de fil pour faire cette robe et elle était restée comme ça.
Un jour, en allant à la messe, sur le chemin, elle trouva une jolie pelote de fil et ce fil était justement de la couleur de la robe, de ce tissu qu’elle avait acheté. Alors elle le ramassa, elle le prit et, quand elle arriva chez elle elle dit à sa mère, elle dit :
“Tu ne sais pas ce que j’ai trouvé sur le chemin ? Regarde si j’ai trouvé du joli fil !
– Eh bien, dit-elle, maintenant tu pourras faire la robe.”
Elle fit cette robe et, le dimanche d’après, elle la prit à la messe, cette robe.
Bon, tranquillement. Quand elle arrive à la messe, elle prend de l’eau bénite, elle fait le signe de la croix, tout à coup elle s’aperçut que sa robe tombait en morceaux et elle tomba carrément par terre. Le fil, elle ne savait plus où était passé le fil... Et elle se sauva, elle retourna à la maison.
Quand elle arriva à la maison, sa mère lui dit :
“Mais bien sûr, ce fil, c’était le fil du Drap ! Quand tu as fait le signe de la croix, il est parti !”
Et voilà.
C’était ma défunte mère qui le racontait. Ma défunte mère, combien de fois l’avait-elle raconté, ce fil ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...