J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les trèvas sont des revenants qui se manifestaient de diverses manières afin de contraindre des héritiers à faire dire des messes pour le repos de l'âme d'un défunt. Cette croyance était très répandue jusqu'au début du XXe siècle. Pour faire cesser ces phénomènes, on faisait appel au curé.

Des plaisantins pouvaient en jouer mais, quelquefois, la fausse trèva était démasquée voire tuée par un paroissien plus courageux que les autres. Ce récit de l'arroseur arrosé est très répandu, nous l'avons collecté à de nombreuses reprises en Aveyron.

La tradition orale rapporte que les croix implantées dans les campagnes et la sonnerie de l'angélus chassaient les trèvas.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PIERRE CARLES

né en 1930 à Marcillac.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra a la sason de desno(g)alhar, aquesta sason a pus près.
Desno(g)alhavan e se metèron a discutar de las trèvas. Las trèvas, bòn, li aviá un vailet, di(gu)èt :
“Ieu, las trèvas, las trèvas, ieu n'ai pas jamai vista cap.”
L'autre li di(gu)èt :
“E ben se ne vesiás una, veiriás que auriás paur !
– Figura-te que ieu auriái paur de la trèva !
– M'enfin, n'as pas vista cap…”
Alara decidèron, lo lendeman…
Di(gu)èron :
“N'i a un que se va metre en trèva, va anar dins la cava amb un lençòl e nautres l'envoiarem per cercar de vin.”
Va cercar de vin amb un barral. Quand arriba a la cava, duèrb la pòrta, de qué te vei ? Vei aquela espèça de lençòl que se passejava. De qué di(gu)èt ?
“Aquò's aquò una trèva ?”
Un còp de barral aquí dessús… L'autre atapèt aquò pel cap e s'espandi(gu)èt.
El tirèt son vin e tornèt montar a l'ostal coma se aviá pas fach res.
Quand arribèt a l'ostal, li di(gu)èron :
“Alara, as pas vista cap de trèva ?
– Si, n'i aviá una a la cava mès sabètz que ai pas ajut paur ! T'i ai envoiat aquò pel cap, es alà, es espandida.”
Los tipes di(gu)èron :
“Qual sap qué s'es passat ?”
E i van, mès c'est qu'aviá bandat l'òme e aquò fa(gu)èt de bruch ! M'enfin, le fait est, aquò se calmèt ben.
Lo tipe, coma di(gu)èt :
“Ieu ai vist una trèva, aviái pas vist degús, sabiái pas que i agèssa quauqu'un dejóst lo lençòl. Parlavan de trèvas.”
El aviá fotut aquò a una trèva.
– Èra mòrt.
– E èra mòrt, enfin tant pis, aquò se passèt atal. »
Le revenant de Lagarde
« C’était à la saison d’écaler les noix, cette saison à peu près.
Ils écalaient des noix et ils se mirent à discuter des revenants. Les revenants, bon, il y avait un domestique, il dit :
“Moi, les revenants, les revenants, moi je n’en ai jamais vu aucun.”
L’autre lui dit :
“Eh bien, si tu en voyais un, tu verrais que tu aurais peur !
– Figure-toi que moi j’aurais peur du revenant !
– Mais enfin, tu n’en as vu aucun...”
Alors ils décidèrent, le lendemain...
Ils dirent :
“Il y en a un qui va se mettre en revenant, il va aller dans la cave avec un drap et nous nous l’enverrons pour chercher du vin.”
Il va chercher du vin avec un tonnelet. Quand il arrive à la cave, il ouvre la porte, que voit-il ? Il voit cette espèce de drap qui se promenait. Que dit-il ?
“C’est ça un revenant ?”
Un coup de tonnelet là-dessus... L’autre prit ça dans la tête et il s’étendit.
Il tira son vin et il remonta à la maison comme s’il n’avait rien fait.
Quand il arriva à la maison, ils lui dirent :
“Alors, tu n’as vu aucun revenant ?
– Si, il y en avait un à la cave mais vous savez que je n’ai pas eu peur ! Je lui ai envoyé ça dans la tête, il est là-bas, il est étendu.”
Les types dirent :
“Qui sait ce qui s’est passé ?”
Et ils y vont, mais c’est qu’il avait tué l’homme et ça fit du bruit ! Mais enfin, le fait est, ça se calma bien.
Le type comme il dit :
“Moi j’ai vu un revenant, je n’avais vu personne, je ne savais pas qu’il y avait quelqu’un sous le drap. Ils parlaient de revenants.”
Lui il avait foutu ça à un revenant.
– Il était mort.
– Et il était mort, enfin tant pis, ça se passa ainsi. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...