La cançon de Concorés (Per Concorés)

Collecté en 2000 Sur les Communes de Marcillac-Vallon, Rodelle, Sébazac-Concourès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les chants identitaires ou hymnes locaux en occitan, parfois calqués sur une matrice connue, faisaient partie du folklore local.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ARMAND CLERC

né en 1927 à Grand-Combe de Marcillac.

Transcription

Occitan
Français
« La vileta que mai m’agrada,
Es pausada sul Causse comtal.
De la bisa es pas abrigada,
Ni mai del solelh del Miègjorn.
De Concorés, pòrta lo nom,
Es renommada,
Es renommada,
Coma la flor de l’Avairon,
E de sos cades n’i a que los sius,
Per ieu.

Quand la prima es aboriva,
Cencha florida de la palada,
Sa color verda se marida,
Ambe lo tendre blu d’al cèl.
Raussinholet, mon polit aucèl,
Canta la vida,
Canta la vida,
Canta la cançon dels anhelons,
E per aquel boisson, fai totjorn,
Ton niu.

D’al causse a la ribièira,
Dordon camina, tecat d’argent,
Del vièlh molin blanc de farina,
Fa virar la ròda en passent,
Quantes de còps m’es arribat,
Devàs Rodesla,
Devàs Rodesla,
Près de son ai(g)a de m’assetar,
Per l’escotar,
Cantar.

Enfants, nos fasquèm pas de bila,
Sèm pas nombroses, nos cal aimar,
Sus aquela plana polida,
Nos cal trincar, biure e cantar.
E per tastar lo ròcafòrt ambe lo vin novèl,
Copèm en fraires lo cantèl,
Rossèl. »
La chanson de Concourès
« La petite ville qui me plaît le plus,
Est posée sur le Causse comtal,
Du vent du nord elle n'est pas abritée,
Ni du soleil du Midi.
De Concourès, elle porte le nom,
Elle est renommée,
Elle est renommée,
Comme la fleur de l'Aveyron,
Et il n'y a que ses genévriers,
Pour moi.

Quand le printemps est précoce,
Ceinture fleurie de l'espace pelé,
Sa couleur verte se marie,
Avec le tendre bleu du ciel.
Rossignolet, mon bel oiseau,
Chante la vie,
Chante la vie,
Chante la chanson des petits agneaux,
Et dans ce buisson, fais toujours,
Ton nid.

Du causse à la vallée,
Le Dourdou chemine, taché d'argent,
Du vieux moulin blanc de farine,
Il fait tourner la roue en passant,
Combien de fois m'est-il arrivé,
Vers Rodelle,
Vers Rodelle,
Près de son eau de m'asseoir,
Pour l'écouter,
Chanter.

Enfants, ne nous faisons pas de bile,
Nous ne sommes pas nombreux, il nous faut nous aimer,
Sur cette jolie plaine,
Il nous faut trinquer, boire et chanter.
Et pour goûter le roquefort avec le vin nouveau,
Coupons en frères le chanteau,
Roux. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...