La caça a la tamarra

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Marcillac-Vallon, Salles-la-Source Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

On jouait des tours aux jeunes les plus naïfs. On les envoyait notamment à la chasse au tamàrró ou à la tamarra, le dahu du Rouergue.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Pierre CARLES

né en 1930 à Marcillac.

Transcription

Occitan
Français
« Alara envoiava un jove qu'èra pas tròp alurat de preferença, un jorn que i aviá d'aubièira e disián :
“Te cal anar a tal endrech, a-n-aquel aqueduc, pren un sac e veiràs, ataparàs una tamarra !”
I anava…
“E te cal partir pro lèu lo ser que, de còps, tòrna pas de bona ora, aquò depend…”
Lo paure bogre anava ambe son sac per atapar la tamarra.
Cap de tamarra sortiá pas mès el atapava totjorn un brave freg !
E lo lendeman matin lo trobavan, i disián :
“Alara, aquela tamarra ?
– Es pas venguda…
– Chai as fach de bruch, i disián coma aquò, i te caldrà tornar !”
Enfin, aquò èra per se fotre de quauqu'un. »
La chasse à la tamarre
« Alors il envoyait un jeune qui n’était pas trop rusé de préférence, un jour où il y avait de la gelée blanche et ils lui disaient :
“Il te faut aller à tel endroit, à cet aqueduc, prends un sac et tu verras, tu attraperas une tamarre !”
Il y allait...
“Et il te faut partir assez tôt le soir parce que, parfois, elle ne rentre pas de bonne heure, ça dépend...”
Le pauvre bougre allait avec son sac pour attraper la tamarre.
Aucune tamarre ne sortait mais il attrapait toujours froid !
Et le lendemain matin ils le trouvaient, ils lui disaient :
“Alors, cette tamarre ?
– Elle n’est pas venue...
– Tu as sans doute fait du bruit, ils lui disaient comme ça, il te faudra y retourner !”
Enfin, c’était pour se foutre de quelqu’un. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...