Envitriolar, vendinhar

Collecté en 1997 Sur les Communes de Marcillac-Vallon, St-Geniez-d'Olt, Sébrazac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La crise du phylloxéra, à la fin du XIXe siècle, obligea les vignerons à planter des plants greffés.

On piochait la vigne avec un bident appelé bigòs ou bigòssa.

Jadis, avant l'apparition des sulfateuses à bretelles, on traitait les plants à l'aide d'un seau (farrat) et d'un pinceau (pincèl).

Pour les vendanges (vendinhas, vendémias), on utilisait un panièr carrejador, comme à Marcillac.

Ce témoignage est illustré par un film tourné par Gabriel Meilhac.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PIERRE BRAS

né en 1910 à Foncayrade de Sébrazac.

Transcription

Occitan
Français
« Aviái doas ectaras de vinha, de planas coma apr'aquí vesètz, quoi…
Piochàvem a braç ambe una bigòssa e apièi caliá sulfatar amb una pompa sus l'esquina. Dins lo temps pus vièlh, avián un farrat ambe de vitriòl qu'apelàvem, aquò èra un tretament, e avián un pincèl que chimpavan dins lo farrat e esparçonavan aquò sus las socas. Assajavan, s'aquò se coneisseriá, vegèron qu'aquò se coneissiá alara pièi aquò venguèt en se modernizent. E pièi fa(gu)èron ambe de machinas sus l'esquina.
Per vendinhar, aviam un panièr coma a Marcilhac, aval, a l'epòca d'alara, mès sai pas cossí fan uèi… E pièi me cargavan lo panièr e pièi anave vojar aquò dins una cuba. E pièi a l'ostal aviái un foloèr que marchava a braç, coma aquò, e aquò tombava dins una granda cuba.
Lo vin fermentava dotze o quinze jorns suivantla temperatura del temps.
Aviam un bocin de saumancés e pièi lo valde(gu)ièr, lo panse qu'apelam, o lo plant de Borgònha o gros noir. Aviam pas de plant dirèct parce que, lo plant dirèct aquò fa pas de qualitat. »
Traiter, vendanger
« J’avais deux hectares de vigne, des plaines comme vous voyez autour, quoi...
Nous piochions à la main avec un bident et ensuite il fallait sulfater avec une pompe sur le dos. Plus anciennement, ils avaient un seau avec du “vitriol” comme nous disions, c’était un traitement, et ils avaient un pinceau qu’ils trempaient dans le seau et ils aspergeaient ça sur les ceps. Ils essayaient, pour voir si ce serait efficace, ils virent que ça l’était alors ensuite ça se modernisa. Et puis ils firent avec des machines sur le dos.
Pour vendanger, nous avions un panier comme à Marcillac, là-bas, à l’époque, mais je ne sais pas comment ils font aujourd’hui... Et puis ils me chargeaient le panier et puis j’allais vider ça dans une cuve. Et puis à la maison j’avais un fouloir qui fonctionnait à la main, comme ça, et ça tombait dans une grande cuve.
Le vin fermentait douze ou quinze jours suivant la température extérieure.
Nous avions un peu de mansois et puis du valdiguier, le pansecomme on l’appelait, ou le plant de Bourgogne ou gros noir. Nous n’avions pas de plant direct parce que le plant direct ne fait pas de qualité. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...