Còrnacu

Collecté en 2000 Sur les Communes de Marcillac-Vallon, Sébazac-Concourès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Armand tient ses contes de son grand-père de Marcillac, Adrien Clerc.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ARMAND CLERC

né en 1927 à Grand-Combe de Marcillac.

Transcription

Occitan
Français
« Dins lo temps, sabètz, i aviá lo mossur e lo fermièr e pièi, se volètz, los mossurs èran pas tròp riches alara se reservavan un tròç del ben per lo cultivar e prenián aquò que i aviá de melhor, se(g)ur. Lo fermièr, que s'apelava Còrnacua, li'n demorava pas tròp.
Aviá un parelh de vacas e lo mossur li aviá pres totes los prats. Aviá pas qu'empr'aquí quauques campets. La nuèch, quand lo mossur dormiá, anava menar las vacas pel siu prat, del mossur. Un jorn, se'n trachèt e alara lo mossur i di(gu)èt :
“E ben Còrnacua, me vas gardar las vacas pel prat ! Caldriá pas que o tornèsses far !
– Non, non, m'excusaretz, m'excusaretz mès èran aganidas aquelas vacas…
– E ben, mès i tornes pas !”
Mès que, la nuèch d'après o quauques tempses après, i tornèt.
Quand vegèt aquò, lo mossur i di(gu)èt pas res. Anèt a l'estable e i copèt la coeta de las vacas. Pièi se fotiá d'el :
“E de qu'as fach, Còrnacua, las tiás vacas an tombada la coeta ?
– E oèi, mossur, amai sabètz que avètz las polas que se'n regalan !
– Ah bon ? De qué vòls dire ?
– E ben avètz pas qu'anar al polalhièr, o veiretz ben !”
Alara Còrnacua, que se'n èra trachat, èra anat al palalhièr del mossur e copèt lo bèc a totas las polas.
Mès que èra fat, l'autre !
I tornèt e i di(gu)èt :
“E ben Còrnacua, te vau anar menar als gindarmas.
– Me menar als gindarmas ? Me fasètz pas aquò, ço ditz, que la miá femna ne moririá…
– Si, si, me vau cambiar e te vau venir quèrre.”
Di(gu)èt a sa femna :
“Paura, di(g)a, nos vòl menar als gindarmas, sabes pas, cal far quicòm, cal far quicòm parce que vòle pas anar en prison, ieu !”
La femna agèt una idèia, li di(gu)èt :
“Di(g)a, aviam tuat lo pòrc, aviam gardat la vessi(g)a e, ambe lo sang, vam romplir la vessi(g)a, la metrai jol damantal, faràs veire que siás en colèra, me fotràs un còp de cotèl e tombarai.”
Manca pas. L'autre di(gu)èt :
“Siás prèste Còrnacua ? Vam als gindarmas.
– A non, non, me'n parlètz pas que soi en colèra, soi en colèra, ço ditz, me fariátz far un missant còp.
– Un missant còp ? De qué vòls dire ?
– Oèi, oèi, oèi. Anatz-vos, ço ditz, parce que ieu vau far un missant còp !
– Mès de qué vòls far coma missant còp ?
– Ten !”
Atapa un cotèl sus la taula, fot un còp de cotèl pel ventre de la femna e lo sang del pòrc, pof !, tot aquò… E la femna tombèt, pardí.
“Mès malurós, mès de qu'as fach ? As tuada la femna !
– Aquò's pas res ! Aquò's pas res aquò ! La pòde tornar reviscolar. Aquò nos arriba quand sèm en colèra, ço ditz, de far un missant còp.”
Va dins un tirador, sòrt una flüta e se fot a jo(g)ar de la flüta. La femna se lèva e se met a dançar.
“A… puta, Còrnacua, ço ditz, mès ieu m'arriba atanben d'èstre en colèra ambe la miá femna, cal que me vendas aquela flüta.
– A non, non, pòde pas. Pòde pas vos vendre aquela flüta parce que me rend tròp de services.
– Si, si, si, cal que la me vendas autrament te vau fotre a la gindarmariá, ieu !”
Alara li te vend la flüta.
Lo mossur arriba a l'ostal, pardí, cèrca bregas a la femna per dire que se meta en colèra, se met en colèra el atanben, lo ton montava. Atapa un cotèl e li fot un còp. Pof ! Jo(g)ava de la flüta mès la femna se tornèt pas levar.
Torna anar veire Còrnacua e li di(gu)èt :
“E ben Còrnacua, aqueste còp aquò's pas als gindarmas que te vau menar mès te vau anar negar.
– Me fariatz pas aquò, sai que…
– Te vau anar negar.”
Alara davalavan lo lòng d'una ribièira, lo mossur agachava se i aviá un gorg que sia(gu)èsse pri(g)ond e, quand vegèt que n'i aviá un de pro pri(g)ond, i fotèt una pèira al còl e lo t'i butèt.
D'aquí quauques meses, lo mossur qu'èra anat a la fièira, de qué te vegèt ? Mon Còrnacua, lo fermièr, que vendiá de pòrcs.
Li di(gu)èt :
“Aquò's tu Còrnacua ?
– E oèi, aquò's ieu…
– Mès macarèl, t'aviái negat, te fotère la pèira al còl e te vese duèi ambe de pòrcs ?
– A…, se sabiatz, ço ditz, li trobère quauques pòrcs, dempièi ne vende mès se m'aviatz fotut un pauc pus bas, aval, ço ditz, aquí n'i aviá bravamenses !
– Me poiriás far veire end aquò's ?
– Mès bogre, ambe plaser,” ço ditz.
Tòrnan lo lòng d'aquela ribièira e, quand vegèt un gorg qu'èra encara pus pri(g)ong qu'aquel l'aviá fotut lo mossur, li te fotèt una butada mès que el tornèt pas montar.

Aquí s'acaba l'istoèra.
Aquò's lo miu grand-pèra que la contava. Èra de Marcilhac. Èra nascut en 1830. »
Cornecue
« Dans le temps, vous savez, il y avait le monsieur et le fermier et puis, si vous voulez, les messieurs n'étaient pas trop riches alors ils se réservaient un bout du bien pour le cultiver et ils prenaient ce qu'il y avait de meilleur, bien sûr. Le fermier, qui s'appelait Cornecue, il ne lui en restait pas trop.

Il avait une paire de vaches et le monsieur lui avait pris tous les prés. Il n'avait que quelques petits champs par là. La nuit, quand le monsieur dormait, il allait amener ses vaches dans le pré du monsieur. Un jour, il s'en aperçut et alors le monsieur lui dit :
“Eh bien Cornecue, tu vas garder tes vaches dans mon pré ! Il ne faudrait pas que tu le refasses !
– Non, non, vous m'excuserez, vous m'excuserez mais elles étaient affamées ces vaches…
– Eh bien, mais n'y retourne pas !”
Mais, la nuit d'après ou quelque temps après, il y retourna.
Quand il vit cela, le monsieur ne lui dit rien. Il alla à l'étable et il coupa la queue de ses vaches. Ensuite il se moquait de lui :
“Et qu'as-tu fait, Cornecue, tes vaches ont perdu leur queue ?
– Eh oui, monsieur, et vous savez que vos poules s'en régalent !
– Ah bon ? Que veux-tu dire ?
– Eh bien vous n'avez qu'à aller au poulailler, vous le verrez bien !”
Alors Cornecue, qui s'en était aperçu, était allé au poulailler du monsieur et il coupa le bec à toutes les poules.
Mais l'autre était fou !
Il revint et lui dit :
“Eh bien Cornecue, je vais aller t'amener aux gendarmes.
– M'amener aux gendarmes ? Ne me faites pas ça, dit-il, ma femme en mourrait…
– Si, si, je vais me changer et je vais venir te chercher.”
Il dit à sa femme :
“Pauvre, dis, il veut nous amener aux gendarmes, tu ne sais pas, il faut faire quelque chose, il faut faire quelque chose parce que je ne veux pas aller en prison, moi !”
Sa femme eut une idée, elle lui dit :
“Dis, nous avions tué le cochon, nous avions gardé la vessie et, avec le sang, nous allons remplir la vessie, je la mettrai sous mon tablier, tu feras comme si tu étais en colère, tu me foutras un coup de couteau et je tomberai.”
Cela ne manque pas. L'autre dit :
“Tu es prêt Cornecue ? Nous allons chez les gendarmes.
– Ah non, non, ne m'en parlez pas car je suis en colère, je suis en colère, dit-il, vous me feriez faire un mauvais coup.
– Un mauvais coup ? Que veux-tu dire ?
– Oui, oui, oui. Allez vous-en, dit-il, parce que moi je vais faire un mauvais coup !
– Mais que veux-tu faire comme mauvais coup ?
– Tiens !”
Il attrape un couteau sur la table, il fout un coup de couteau dans le ventre de sa femme et le sang du cochon, pouf !, tout ça… Et sa femme tomba, évidemment.
“Mais malheureux, mais qu'as-tu fait ? Tu as tué ta femme !
– Ce n'est rien ! Ce n'est rien cela ! Je peux la faire revivre. Ça nous arrive quand nous sommes en colère, dit-il, de faire un mauvais coup.”
Il va dans un tiroir, sort une flûte et se met à jouer de la flûte. Sa femme se lève et se met à danser.
“Ah… pute, Cornecue, dit-il, mais il m'arrive aussi d'être en colère avec ma femme, il faut que tu me vendes cette flûte.
– Ah non, non, je ne peux pas. Je ne peux pas vous vendre cette flûte parce qu'elle me rend trop de services.
– Si, si, si, il faut que tu me la vendes sinon je vais te mettre à la gendarmerie, moi !”
Alors il lui vend la flûte.
Le monsieur arrive à sa maison, évidemment, il cherche querelle à sa femme pour qu'elle se mette en colère, il se met en colère lui aussi, le ton montait. Il attrape un couteau et lui fout un coup. Pouf ! Il jouait de la flûte mais sa femme ne se releva pas.
Il va revoir Cornecue et lui dit :
“Eh bien Cornecue, cette fois-ci ce n'est pas aux gendarmes que je vais t'amener mais je vais aller te noyer.
– Vous ne me feriez pas ça, sans doute…
– Je vais aller te noyer.”
Alors ils descendaient le long d'une rivière, le monsieur regardait s'il y avait un gouffre qui soit assez profond et, quand il vit qu'il y en avait un d'assez profond, il lui mit une pierre au cou et il le poussa dedans.
Quelques mois plus tard, le monsieur qui était allé à la foire, que vit-il ? Mon Cornecue, le fermier, qui vendait des cochons.
Il lui dit :
“C'est toi Cornecue ?
– Eh oui, c'est moi…
– Mais bon sang, je t'avais noyé, je te mis une pierre au cou et je te vois aujourd'hui avec des cochons ?
– Ah…, si vous saviez, dit-il, j'y ai trouvé quelques cochons, depuis j'en vends mais si vous m'aviez foutu un peu plus bas, là-bas, dit-il, là il y en avait beaucoup plus !
– Tu pourrais me faire voir où c'est ?
– Mais bougre, avec plaisir,” dit-il.
Ils retournent au bord de cette rivière et, quand il vit un gouffre qui était plus profond que celui où l'avait mis le monsieur, il le poussa mais lui ne remonta pas.

Là s'achève l'histoire.
C'est mon grand-père qui la racontait. Il était de Marcillac. Il était né en 1830. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...