Cançon de Sent-Joan

Collecté en 2001 par IOA Sur les Communes de Marcillac-Vallon, Rodez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson de loue était chantée à l'occasion des feux de la Saint-Jean (radals, joanadas, fenestrets, cabanons…). Ce jour-là, les domestiques changeaient généralement de patron.

En Rouergue méridional, on trouve la variante "Mia Totsants", autre date traditionnelle d'embauche des domestiques.

Elle a été publiée dans Chansons du pays d'oc, par Léon Froment.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAYMOND CARRATIÉ

né en 1924 à Rodez.

Transcription

Occitan
Français
« Pica, pica, relòtge,
Solelh, abaissa-te,
Ara Sent-Joan s’apròcha,
Iè, iè, de mèstre canjarem.

Sent-Joan ’quò’s nòstra fèsta,
Mèstre, comptatz d’argent,
N’avètz la pòcha prèsta,
Iè, iè, compatz-ne vitament.

Lo matins quand me lève,
Vau gardar los motons,
Aval a la pradèla,
Iè, iè, a l’ombra d’un boisson.

Los motons paisson l’èrba,
Las abelhas las flors,
Los peisses buvon l’ai(g)a,
Iè, iè, los pastres fan l’amor.

Pastorèl de l’araire,
Vèni m’asecorir,
Per una gota d’ai(g)a,
Iè, iè, me daissariái morir.

– Te portarai pas d’ai(g)a,
Te portarai de vin,
Siás ben tròp polidòta,
Iè, iè, per te daissar morir.

Lo ser quand me'n vau claure,
Lo mèstre es sul portal,
Que me compta las fedas,
Iè, iè, me saca un reganhal.

En arribent sus la pòrta,
La mèstra es al canton,
Me compta las fusadas,
Iè, iè, me reprocha lo croston.

“Mès de qu’as tu fach, tu pastra,
Mès de qu’as tu fach tot uèi ?
– Soi estada malauta,
Iè, iè, perdonatz-me per uèi…

– Se ieu te'n perdonave,
Tu li me tornariás,
D'onlant que se te'n reganhe,
Iè, iè, tus te'n sovendràs ben !”

Vèni pastra novèla,
Vèni me remplaçar,
Te'n cedarai la plaça,
Iè, iè, sans la te regretar.

Se la te'n regretave,
La te'n cedariái pas,
Coma vau tornar dire,
Iè, iè, li vòle pas demorar.

Te regrete pas la mèstra,
Ni lo mèstre non plus,
Ni lo vielhard que rèsta,
Iè, iè, te regrete pas degús.

De la mèra, de la paura mèra. La coneissiá, ela. Aquò èra la cançon dels domestiques, aquò. Aquò èra la cançon dels vailets e de las serventas. Sent-Joan… Tocavan la paga per Sent-Joan e aquò èra lor cançon. »
La chanson de la Saint-Jean
« Sonne, sonne, horloge,
Soleil, abaisse-toi,
Maintenant la Saint-Jean approche,
Iè, iè, nous changerons de maître.

La Saint-Jean, c’est notre fête,
Maître, comptez l’argent,
Vous avez la poche prête,
Iè, iè, comptez vite.

Le matin quand je me lève,
Je vais garder les moutons,
Là-bas à la petite prairie,
Iè, iè, à l’ombre d’un buisson.

Les moutons paissent l’herbe,
Les abeilles les fleurs,
Les poissons boivent l’eau,
Iè, iè, les bergers font l’amour.

Berger à l’araire,
Viens me secourir,
Pour une goutte d’eau,
Iè, iè, je me laisserais mourir.

– Je ne t’apporterai pas de l’eau,
Je t’apporterai du vin,
Tu es bien trop jolie,
Iè, iè, pour te laisser mourir.

Le soir quand je vais rentrer les bêtes,
Le maître est sur le portail,
Qui me compte les brebis,
Iè, iè, il me lance une réprimande.

En arrivant sur la porte,
La maîtresse est au coin du feu,
Elle me compte les fusées,
Iè, iè, elle me reproche le croûton.

“Mais qu’as-tu fait, bergère,
Mais qu’as-tu fait tout aujourd’hui ?
– J’ai été malade,
Iè, iè, pardonnez-moi pour aujourd’hui...

– Si je te pardonnais,
Tu recommencerais,
Alors que si je te réprimande,
Iè, iè, tu t’en souviendras bien !”

Viens, bergère nouvelle,
Viens me remplacer,
Je te céderai ma place,
Iè, iè, sans la regretter.

Si je la regrettais,
Je ne te la céderais pas,
Comme je vais le redire,
Iè, iè, je ne veux pas y rester.

Je ne regrette pas la maîtresse,
Ni le maître non plus,
Ni le vieillard qui reste,
Iè, iè, je ne regrette personne.

De ma mère, de ma défunte mère. Elle la connaissait, elle. C’était la chanson des domestiques, ça. C’était la chanson des domestiques et des servantes. Saint-Jean... Ils touchaient leur paie pour la Saint-Jean et c’était leur chanson. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...