Un còp que ieu me vau dormir…

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Maleville Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Au XXe siècle, les anciens priaient encore en occitan. Dans les familles rouergates, la prière commune était de rigueur, surtout le soir.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

CYRILLE VAYRE

né en 1919 au Furvidou de Maleville.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò's los parents, quand èri pichin, me fasián dire aquela pregaira lo ser abans d'anar al lièt. La m'aprenguèron a cinc o sièis ans.

“Un còp que ieu me vau dormir,
Pensi que ieu me cal morir,
Ai plaser del Cèl e de las armas del Purgatòri,
Que brutlan coma l’òli.
En cas que mòra aquesta nèit,
Rendi mon arma a Jèsus-Crist dins mon lièt,
Dientri dins mon lièt coma dins ma tomba,
Mon arma me ditz de ganhar plan lo Paradís.
Quand ieu me vau dormir,
Preni lo Filh per mon pèra,
La Senta-Vièrja per ma mèra,
Los anges e los sents per me secorir,
E l’Evangèli per m’endormir.
Un Diu tot adorable,
Es nascut dins un estable,
Li a res a l’entorn de el,
Pus bèl que lo solelh.
Un buòu que sospirèt alen,
Li sospirèt sus el.
Sovenga-te mon arma,
Que Jèsus-Crist es mòrt lo jorn del vendres sant,
Sus l’aure de la Crotz,
Entremièg dos lairons.
Aquela pre(g)ària, aquel que la saurà,
Ser e matin la dirà,
A la mòrt n’aurà un confessor,
E quand l’arma partirà del còrs,
Anarà tot dret al Paradís,
Demandar a Nòstre-Sénher,
Que li'n faga aquela senta e bona gràcia.” »
Une fois que moi je vais dormir…
« Ce sont mes parents, quand j’étais petit, ils me faisaient dire cette prière le soir avant d’aller au lit. Ils me l’apprirent à cinq ou six ans.

Une fois que moi je vais dormir,
Je pense que moi il me faut mourir,
J’ai plaisir du Ciel et des âmes du Purgatoire,
Qui brûlent comme l’huile.
Au cas où je mourrais cette nuit,
Je rends mon âme à Jésus-Christ dans mon lit,
J’entre dans mon lit comme dans ma tombe,
Mon âme me dit de bien gagner le Paradis.
Quand moi je vais dormir,
Je prends le Fils pour père,
La Sainte Vierge pour mère,
Les anges et les saints pour me secourir,
Et l’Évangile pour m’endormir.
Un Dieu tout adorable,
Est né dans une étable,
Il n’y a rien autour de lui,
Plus beau que le soleil.
Un bœuf qui poussa son souffle,
Lui souffla sur lui.
Souviens-toi mon âme,
Que Jésus-Christ est mort le jour du vendredi saint,
Sur l’arbre de la Croix,
Entre deux larrons,
Cette prière, celui qui la saura,
Soir et matin la dira,
À la mort il aura un confesseur,
Et quand l’âme partira du corps,
Elle ira tout droit au Paradis,
Demander à Notre-Seigneur,
Qu’il lui fasse cette sainte et bonne grâce.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...