Lo fabre de Naussac

Collecté en 1996 Sur les Communes de Maleville, Naussac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Maître du fer et du feu, le forgeron (fabre ou faure) était un artisan indispensable à la vie rurale puisqu’il fabriquait et réparait les outils, ferrait et soignait les bêtes et rendait mille et un services à tous.

En Rouergue, il était à la fois forgeron, maréchal, taillandier et vétérinaire.

On entend “Sul pont de Mirabèl”, chanté par Georges lui-même. Il s'agit d'une missonièira. Les missonièiras sont des chants de moissons dont le rythme assez lent s'accordait au travail des moissonneurs.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

GEORGES GIBERGUES

né en 1929 à Naussac.

Transcription

Occitan
Français
« “Sul pont d'a Mirabèl,
Margarida lavada. (bis)

Venguèt a ne passar,
Tres cavalièrs d'armada.” (bis)

Mon paire èra nascut a Naussac e èra fabre tanben, e mon grand-paire èra nascut a Malavila e èra fabre tanben.

“Lo prumièr li diguèt :
Quanta polida filhas ! (bis)

Lo segond li diguèt :
Ne sètz pas maridada ?” (bis)

Per lo fèr de vaca, nos caliá, lo matins de bona ora, preparar los fèrs per poire farrar los buòus qu'anavan arribar, per çò que fasián al pus mai qu'arribariá.

“Lo trosième, al det,
Li passèt una baga.” (bis)

E aquò's per aquò que caliá preparar los fèrs pro lèu per n'aver d'avanci e èstre pas enpanade fèrs quand èran aquí.

“E la baga d'al det,
N'anguèt al fons de l'aiga.” (bis)

Un fèr de buòu se fa ambe quatre causas : òm estira d'abord lo talon, après la poncha ambel'arpionen mème temps, l'estampatge e après donar lafòrma.Cal quatre causas per far un fèr de vaca.

“Lo cavalièr saltèt,
N'anguèt quèrre la baga.” (bis) »
Le forgeron de Naussac
« “Sur le pont de Mirabel,
Marguerite lavait. (bis)

Vint à passer
Trois cavaliers de l'armée.” (bis)

Mon père était né à Naussac, il était aussi forgeron, et mon grand-père était né à Maleville et il était aussi forgeron.

“Le premier lui dit :
Quelle belle fille ! (bis)

Le second lui dit :
Êtes-vous mariée ?”

Pour le fer à vache, il nous fallait préparer les fers le matin de bonne heure pour pouvoir ferrer les bœufs qui allaient arriver, parce qu'ils faisaient à celui qui arriverait le plus tôt.

“Le troisième, au doigt,
Lui passa une bague.” (bis)

C'est pour ça qu'il fallait préparer les fers assez tôt pour en avoir d'avance et ne pas être en panne quand ils étaient là.

“Et la bague, du doigt,
Alla au fond de l'eau.” (bis)

Un fer de bœuf est forgé en quatre opérations : on étire d'abord le talon, ensuite la pointe, avec l'éperon en même temps, on l'étampe et ensuite on donne la forme. Il faut quatre opérations pour faire un fer de vache.

“Le cavalier sauta,
Il alla chercher la bague.” (bis) »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...