Lo baron de Tustamina

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Maleville Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

"Le Chat Botté", popularisé par Charles Perrault dans le domaine linguistique français, est classé AT 545 (thème du chat serviable) dans la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types. Le passage du chat dévorant l'ogre aborde deux autres thèmes de cette classification internationale : Le Magicien et son élève (AT 325) où l'élève magicien mange son maître et Le Diable dans une bouteille (AT 331) où le héros met son adversaire au défi de rapetisser.

Eliette nous livre ici la version occitane de ce conte qu'elle intitule "Lo baron de Tustamina" et qu'elle tient de pure tradition orale familiale.

Les formules de fin de contes soulignent l'aspect fictif du récit, ferment l'histoire et ramènent l'auditoire à la réalité.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ELIETTE DELHON

née en 1931 à Maleville.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp, i aviá un rei qu’aviá una filha prèsta a maridar. Mès qu’aquela filha aimava un paure qu’èra pas tròp riche, lo baron de Tustamina. Son paire lo li voliá pas tròp…
Enfin, un jorn, en la penchenent, li trobèt un pèu sul cap, mès un pèu talament gròs que lo fa(gu)èt despelar e di(gu)èt :
“Donarai la filha a-n-aquel que dirà de qual aparten aquela pèl.”
Totes los senhors empr’aquí dels environs, totes arribèron, totes volián la filha.
Mès que ela aviá avertit lo baron de Tustamina.
E totes disián :
“Aquò’s la pèl d’un ase, la pèl d’un boc, la pèl…”
Enfin de(g)ús sachèt pas, totes passèron, totas las bèstias sorti(gu)èron m’enfin cap…
E lo darrèr sia(g)uèt lo…
Venguèt abilhat en grolièr.
Arribèt e di(gu)èt :
“Ieu dirai aquò’s la pèl d’un pèu.”
Lo rei aviá dit :
“Donarai la filha a-n-aquel que z’o dirà…” e tenguèt paraula.
E la filha parti(gu)èt amb aquel grolièr.
Aquel grolièr aviá un cat, un cat que èra talament desgordit. Aquel cat passèt davant. Elses se(gu)èron darrèr, èran amb un ase e un carreton pas tròp polit.
Enfin, tot lo camin, lo cat passava davant e vesiá de se(g)aires, de missonièrs e lor disiá :
“A qual aparten aquel camp ?
– A-z-un ògre que li aviá apr’aquí.”
E lor disiá :
“Mès vos cal dire qu’es al baron de Tustamina. Se z’o disètz pas, fasètz atencion que vos farai quicòm mai !”
Quand arribavan, pardí :
“Grolièiron, mon grolièiron, de qual son totes aquelses camps ?”
Ela z’o demandava.
“Son del baron de Tustamina.
– A… lo paure baron de Tustamina, ieu que l’aimavi tant…”
La filha se dobtava pas que sia(gu)èssa el. Èra abilhat plan…
Enfin totjorn caminavan, tot çò que vesián èra del baron de Tustamina.
“Lo paure baron de Tustamina, tornava dire la filha, ieu que l’aimavi tant…
– E arri, arri mon ase, daissa la dire !”
E arribèron, enfin lo cat arribèt a-z-un castèl, un castèl, aquí, que li aviá… enfin, plan polit.
Trobèt l’ògre e li di(gu)èt :
“M’an dich que vos podiatz cambiar en bèstia, se voliatz, una bèstia bèla, bèla… En lion, per exemple…
– Oui, oui, te vau far veire.”
L’ògre se cambièt en lion mès que lo paure cat s’anèt cunhar dins un recoet, agèt paur…
Bon, l’autre se tòrna cambiar e lo cat tòrna arribar.
“Mès, li di(gu)èt, me dison atanben que vos podètz cambiar coma per exemple en raton, en quicòm de pichin…
– Oui, oui, te vau far veire.”
Se cambièt en rat mas que, quand sia(gu)èt en rat, lo cat li sautèt dessús e lo mangèt.
I agèt pas pus d’ògre, pardí, e tot sia(gu)èt del baron de Tustamina.
Quand arribèron a-n-aquel castèl, aquí, pardí, aquela filha pardí :
“De qual es aquò, tot aquò ?”
Aquò sia(gu)èt del baron de Tustamina, pardí.
Mès que, lo grolièiron se cambièt e sia(gu)èt un supèrbe june òme.
Se maridèron, pardí, e sia(gu)èron riches, agèron tot… lo cat…


Tric-trac,
Mon conte es acabat,
Passèri per un prat,
Trobèri d’esclopons de veire,
E los copèri sans los veire. »
Le baron de Tustemine
« Une fois, il y avait un roi qui avait une fille prête à marier. Mais cette fille aimait un pauvre qui n’était pas trop riche, le baron de Tustemine. Son père ne le lui voulait pas trop...
Enfin, un jour, en la peignant, il lui trouva un pou sur la tête, mais un pou tellement gros qu’il le fit dépouiller et il dit :
Je donnerai ma fille à celui qui dira à qui appartient cette peau.”
Tous les seigneurs des environs, tous arrivèrent, tous voulaient la fille.
Mais, elle, elle avait averti le baron de Tustemine.
Et tous disaient :
C’est la peau d’un âne, la peau d’un bouc, la peau...”
Enfin personne ne sut, tous passèrent, toutes les bêtes sortirent mais enfin aucun...
Et le dernier fut le...
Il vint habillé en savetier.
Il arriva et il dit :
Moi je dirai que c’est la peau d’un pou.”
Le roi avait dit :
Je donnerai ma fille à celui qui le dira...”et il tint parole.
Et la fille partit avec ce savetier.
Ce savetier avait un chat, un chat qui était tellement dégourdi. Ce chat passa devant. Eux ils suivirent derrière, ils étaient avec un âne et un chariot pas très joli.
Enfin, tout le chemin, le chat passait devant et il voyait des faucheurs, des moissonneurs et il leur disait :
À qui appartient ce champ ?
– À un ogre qu’il y avait par là.”
Et il leur disait :
“Mais il vous faut dire qu’il est au baron de Tustemine. Si vous ne le dites pas, faites attention car je vous ferai quelque chose d’autre !”
Quand ils arrivaient, bien sûr :
“Petit savetier, mon petit savetier, à qui sont tous ces champs ?”
Elle le demandait.
“Ils sont au baron de Tustemine.
– Ah... le pauvre baron de Tustemine, moi qui l’aimais tant...”
La fille ne se doutait pas que c’était lui. Il était habillé bien...
Enfin, ils avançaient toujours, tout ce qu’ils voyaient était au baron de Tustemine.
Le pauvre baron de Tustemine, redisait la fille, moi qui l’aimait tant...
– Et hue, hue mon âne, laisse la dire !”
Et ils arrivèrent, enfin le chat arriva à un château, un château, là, qu’il y avait... enfin, très joli.
Il trouva l’ogre et il lui dit :
“On m’a dit que vous pouviez vous transformer en bête, si vous vouliez, une bête grande, grande... En lion, par exemple...
– Oui, oui, je vais te faire voir.”
L’ogre se transforma en lion mais le pauvre chat alla se cacher dans un recoin, il eut peur...
Bon, l’autre se retransforme et le chat revient.
Mais, lui dit-il, on me dit aussi que vous pouvez vous transformer par exemple en petit rat, en quelque chose de petit...
– Oui, oui, je vais te montrer.”
Il se transforma en rat mais, quand il fut en rat, le chat lui sauta dessus et il le mangea.
Il n’y eut plus d’ogre, bien sûr, et tout fut au baron de Tustemine.
Quand ils arrivèrent à ce château, là, bien sûr, cette fille :
À qui appartient ça, tout ça ?”
Ce fut au baron de Tustemine, bien sûr.
Mais le petit savetier se changea et il fut un superbe jeune homme.
Ils se marièrent, bien sûr, et ils furent riches, ils eurent tout... le chat...

Tric-trac,
Mon conte est achevé,
Je passai par un pré,
Je trouvai des petits sabots de verre,
Et je les cassai sans les voir. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...