Lunagòls e Najagòls

Collecté en 2000 Sur les Communes de Lunac, Najac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Des escaisses (surnoms) collectifs, parfois péjoratifs, étaient souvent attribués aux habitants d'un village par ceux d'un village voisin et rival ou par les ruraux des environs.

Les Petarins sont sur la rive gauche de l'aveyron et les Caussinhòls sur la rive droite.

Cette histoire de l'âne buvant la lune se trouve dans d'autres récits du répertoire occitan. Nous l'avons également collectée auprès de Maurice Balsa à La Salvetat-Peyralès.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROBERT MURAT

né en 1921 à Najac.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò se disiá enquèra n'i a una cinquantena d'annadas. Los Lunagòls, que son de Petarins, apelavan los Najagòls los Joantons. E, per se trufar d'elses, quand ne trobavan un, disián :
“Tara ! Ten ! L'ase a be(g)ut la luna !”
Explicacion : A Najac, i aviá un òme que aviá un ase. Cada ser, i portava un blachinat d'ai(g)a. Un ser, i aviá un clar de luna que i se vesiá coma en plen jorn, la luna se refletava dins lo blachin. L'ase beu(gu)èt l'ai(g)a e nòstr'òme vegèt pas mai la luna dins lo blanchin e di(gu)èt :
“Tara ! Ten ! L'ase a be(g)ut la luna !” »
Habitants de Lunac et habitants de Najac
« Ça se disait il y a encore une cinquantaine d'années. Les habitants de Lunac, qui sont des Petarins, appelaient ceux de Najac les Simplets. Et, pour se moquer d'eux, quand ils en rencontraient un, ils disaient :
“Regarde ! Tiens ! L'âne a bu la lune !”
Explication : À Najac, il y avait un homme qui avait un âne. Chaque soir, il lui apportait un plein seau d'eau. Un soir, il faisait clair de lune, on y voyait comme en plein jour, la lune se reflétait dans le seau. L'âne but l'eau et notre homme ne vit plus la lune dans le seau et il dit :
“Regarde ! Tiens ! L'âne a bu la lune !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...