La legenda del Juif errant

Collecté en 1991 par CORDAE Sur la Commune de Livinhac-le-Haut Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce récit de franchissement, connu dans de nombreuses régions, a toujours pour héros des personnages ayant tous un point commun : leur gigantisme. Dans le département du Tarn, on attribue la prouesse à Gargantua qui, lui aussi, est présenté comme un grand voyageur. Afin de boire dans l'eau de la rivière, on raconte qu'il aurait posé un pied sur la cathédrale d'Albi et l'autre sur le château de Castelnau de Montmiral.

Le personnage du Juif errant, dont il est question ici, a donné lieu, depuis le Moyen Age, à tout un ensemble de récits ou de complaintes dont nous avons publié une version en français (Montredon Labessonnié).

Cette complainte se rapporte à une ancienne légende présente dans toute l'Europe et dont l'origine remonterait au XIIIe siècle. Jésus, portant sa croix, s'arrêta un instant devant la porte d'un Juif dont le nom varie selon les versions (Ahasverus, Buttadeus, Boutedieu, Cartafilus ou Isaac Laquedem). Celui-ci refusa l'hospitalité à Jésus qui le condamna à errer jusqu'à la fin des temps.

Comme souvent dans ce genre de récit, une particularité du relief vient attester la réalité des faits. Les deux pieds du géant restent ancrés dans le roc. En buvant, le Juif errant avale une charretée de paille et croit avoir avalé un insecte. (CORDAE)

Son

MARIE-THÉRÈSE GANNAT

née en 1925 à Laroque-Bouillac.

Transcription

Occitan
Français
« Lo Juif errant un còp se passejava pels ròcs de la Ròca, montava devàs Livinhac. E padim padam, tot d’un còp… Aquò's penible, sabètz ben, nòstres ròcs en l'aval, agèt set e :
“O, ço di(gu)èt, ten, i a d’ai(g)a en bas !”
E i aviá lo Lòt, pardí.
E lo Lòt mème, aviá plo(g)ut, plo(g)ut, plo(g)ut pendent una setmana e èra pro bèl. E te carrejava de carretas de palha, de tot que davalava, de carretas de boès, tot aquò.
E, per ma fe, aviá talament set, met un pè sus una montanha, l’autre pè sus l’autra, s’aclata e aquí beu, beu, beu.
Tot d’un còp, li passa una carreta de palha, se tòrna levar :
“Mèrda, ai engolat un bigal !”, çò fa(gu)èt.
Mès vos voldriái dire quand mème que los dos pès del Juif errant son demorats un de cada band de la montanha, un en faça de l’autre. E dempièi parlèm totjorn del Juif errant. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...