Los remèdis vièlhs

Collecté en 1994 par IOA Sur les Communes de Lescure-Jaoul, Morlhon-le-Haut Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Face à la maladie, les anciens disposaient d’un ensemble de remèdes empiriques dont certains devaient être d’une efficacité toute relative si l’on en juge par l’important taux de mortalité. 

Dans un contexte économique difficile, on n'appelait le médecin qu’en dernier recours.

On avait au jardin les plantes médicinales de première nécessité : lys blanc, menthe, arnica, millepertuis…

Les jeunes pousses de ronces (romècs) étaient utilisées pour soigner les angines, lo mal de còl.

Ethnotexte

MARIE-THÉRÈSE RICARD

née Calvignac en 1931 à Morlhon.

Transcription

Occitan
Français
« Fasiam de ventosas sus l'esquina. 
Pel mal de còl, fasiam de cap de romèc, de tisana.
Quand tossissián, bevián d'aigardent ambe de sucre… »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...